1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Faut-il partir à l'étranger pour sa retraite ? Comment faire ? Que se passe-t-il ?
Boursorama avec Pratique.fr23/07/2018 à 08:30

Plus d'un million de seniors ont déja choisi l'étranger pour passer leur retraite. Dépaysement, coût de la vie moins cher, fiscalité avantageuse, les avantages sont nombreux. Il est important toutefois de bien préparer son départ et de vérifier les conventions en vigueur dans le pays hôte. De lourdes démarches administratives sont également à prévoir.

Faut-il partir à l'étranger pour sa retraite ? Comment faire ? Que se passe-t-il ? / iStock.com - Vesnaandjic

Les avantages de l'expatriation pour les retraités

Soleil, plage et cuisine exotique ne sont pas les seules motivations pour ces centaines de milliers de retraités qui partent chaque année aux quatre coins du monde. Si les destinations les plus privilégiées sont le Maroc, l'Algérie, l'Espagne, le Portugal, la Grèce et la Tunisie, c'est aussi parce que le coût de la vie dans ces pays est inférieur de 15 à 20% par rapport à l'Hexagone. Tout en restant relativement proches. Dans d'autres destinations plus lointaines comme la Thaïlande ou le Brésil, la vie y est même 50% moins chère qu'en France. En outre, l'expatriation s'avère souvent payante d'un point de vue fiscal. Tout d'abord, les prélèvements sociaux seront largement revus à la baisse. Vous ne paierez plus qu'une cotisation de 3,2% sur votre pension de base et 4,2% sur la complémentaire, CSG et CRDS ne s'appliquant plus à l'étranger. Concernant l'impôt sur le revenu (IR), de nombreux pays comme le Maroc ou le Sénégal appliquent un abattement de 80%, à condition de déposer vos revenus dans une banque locale. En la matière l'eldorado s'appelle le Portugal. Dans ce pays, plus de droits de succession, les taxes sur les gains des produits d'épargne sont allégées et les pensions sont éxonérées d'impôt pendant 10 ans ! Seule condition pour bénéficier de tous ces avantages : résider sur place au moins 183 jours par an.

Les démarches avant de partir

Avant de profiter de tout ces avantages, il vous faudra préparer votre départ et effectuer toutes les démarches nécessaires. Vérifiez tout d'abord que le pays où vous comptez vous installer a bien signé (comme pratiquement tous les pays européens, hors Danemark) une convention sociale avec la France. Même chose pour la couverture maladie. Sur place, vous devrez faire une demande d'attestation de droits aux soins de santé auprès de l'organisme de sécurité sociale de votre nouveau pays de résidence.  Si le pays n'a pas signé d'accord avec la France, vous devrez alors adhérer à la caisse des français à l'étranger (CFE), ou revenir vous faire soigner dans l'Hexagone. Ensuite vous devrez signaler votre nouvelle adresse à la caisse régionale qui vous verse votre retraite. Vous signalerez aussi tout changement de compte bancaire. Attention, en partant vivre à l'étranger, vous perdrez certaines aides liées à une condition de résidence en France. C'est le cas de l'Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) ou encore l'Allocation supplémentaire d'invalidité (Asi).

Trucs et astuces

Jusqu'à présent, ceux qui partaient s'installer à l'étranger étaient imposés deux fois lors de leur première année d'expatriation : en France au titre des revenus de l'année passée et une fois sur place au titre des revenus de l'année en cours. Grâce à l'année "blanche" due au prélèvement à la source, ceux qui partiront fin 2018 ou début 2019 n'auront pas à subir cette double imposition.

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • PtiMinet
    23 juillet13:39

    C'est marrant toutes ces idées de ponction ou de réduction des revenus des autres sous des prétextes fallacieux ...

    Signaler un abus

  • mxnagg
    23 juillet13:36

    A minima il faut un contrôle Annuel ( Empreintes a l'ambassade du pays tiers... ) pour justifier que l'on est toujours vivant. Il parait qu'il y a un nombre de retraites centenaire de l'autre cote de la méditerranée absolument incroyable...

    Signaler un abus

  • akelacca
    23 juillet10:31

    Si ils ne passent que 100 jours dans l'année en France, et qu'ils ont 36500 € de pensions par ans , on ne leur verse que 10 000€. Cela réduirait largement l'intérêt de partir a l'étranger.

    Signaler un abus

  • akelacca
    23 juillet10:29

    Ce système fonctionne bien pour les « jeunes » retraités. Lorsque vous arrivez à l'Age des complications médicales. Votre maîtrise de la langue du pays sera un élément majeur de votre parcours de soins. A part cela, personnellement, je serais pour un versement des pensions au prorata de leur temps passé en France lorsque leur résidence fiscale est hors de France.

    Signaler un abus

  • mxnagg
    23 juillet09:14

    Rapelons que les Retraites sont payes par les Actifs ( puisqu'on est en Repartition et pas en Capitalistion ) donc c'est un Fuite de capitaux pour la France et pas un Recyclage. Les Retraites Offshore OK mais si le retraites n'a pas sa resisdence principale en France la somme doit etre reduite et plafonne a la valeur d'un SMIC d'actif cotisant

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer