Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Escroquerie : il vendait des terrains agricoles qui n'étaient pas à lui, plusieurs victimes arnaquées
information fournie par Boursorama avec Newsgene31/05/2022 à 14:16

Un homme a été interpellé pour avoir escroqué plusieurs victimes dans la région de Perpignan.  (BOGITW / PIXABAY)

Un homme a été interpellé pour avoir escroqué plusieurs victimes dans la région de Perpignan. (BOGITW / PIXABAY)

Un homme a été interpellé par la police des Pyrénées-Orientales. De novembre 2021 à janvier 2022, il aurait escroqué plus de 25 000 euros en vendant ou louant des terrains agricoles qui ne lui appartenaient pas, dans la région de Perpignan. À chaque fois, le même mode opératoire était utilisé.

La police nationale des Pyrénées-Orientales a interpellé un arnaqueur qui agissait dans la région de Perpignan (Pyrénées-Orientales), rapporte France 3 Occitanie mercredi 25 mai. L’homme utilisait le cadastre pour vendre ou louer des terrains agricoles qui ne lui appartenaient pas. Entre novembre 2021 et janvier 2022, il aurait ainsi escroqué plus de 25 000 euros à une vingtaine de victimes.

Un même mode opératoire

À chaque fois, le même mode opératoire se serait répété. L’ensemble des personnes arnaquées ont expliqué avoir d’abord répondu à une annonce sur le site Le Bon Coin. Des terrains y étaient proposés à des prix très attractifs par une entreprise nommée GIRMON.

Les acheteurs étaient ensuite invités à se rendre au siège de la société afin d’y signer un compromis de vente. Mais, dans l’ensemble des cas, entre 1 000 et 2 000 d’arrhes étaient demandées pour bloquer le compromis, sans possibilité de récupérer la somme en cas de rétractation.

Déjà connu de la justice

Il s’agissait en réalité d’une vaste arnaque. La loi précise d’ailleurs qu’un compromis de vente doit obligatoirement être signé en présence d’un notaire. L’acompte ou les arrhes ne sont quant à eux jamais versés directement sur le compte du vendeur.

L’enquête a ainsi permis d’identifier l’escroc, qui est déjà connu de la justice pour avoir organisé de fausses locations de chalets et des ventes d’alarmes fictives. Dans cette affaire, il avait monté une fausse société et embauché sous une fausse identité deux secrétaires qui n’étaient ni déclarées ni payées. Reconnu sur photo par l’ensemble des victimes, l’homme a finalement été arrêté. Il a reconnu les faits en garde à vue et sera prochainement jugé.

2 commentaires

  • 31 mai15:57

    Il est fort le type , mais un compromis ne se signe jamais de tiers à tiers ! On est pas au aux us ! bref nul n est censé ignorer la loi !


Annonces immobilières