Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Emménagement : comprendre le contrat de copropriété

Boursorama avec Pratique.fr20/11/2017 à 18:20

Si vous emménagez dans un immeuble, un contrat de copropriété est en vigueur. Il s'agit même d'une obligation légale datant de 1965 et mise à jour en 2015. Que contient le contrat de copropriété ? Quelles sont ces caractéristiques. Nos infos sur le sujet.

Emménagement : comprendre le contrat de copropriété / iStock.com - ebstock

Le contrat de copropriété, un document obligatoire

Obligatoire depuis 1965 et actualisé successivement en 2014 et 2015, le contrat de copropriété est un document qui régit l'organisation et le fonctionnement d'un immeuble, tant au niveau pratique que juridique. Ce règlement s'impose par ailleurs aussi bien aux locataires qu'aux propriétaires. C'est au syndic de copropriété que revient la responsabilité de son application.
Le règlement de copropriété définit les règles de vie de l'immeuble sur deux volets :
L'aspect pratique :
  • Les conditions de jouissance des parties communes (utilisation du local à poubelle, du garage à vélo...) ;
  • Les conditions de jouissance des parties privatives (définition des travaux autorisés dans les appartements, autorisation ou interdiction de faire sécher le linge aux fenêtres...) ;
  • La destination de l'immeuble : usage personnel, usage professionnel ou mixte.
  • L'aspect juridique : le contrat de copropriété définit par ailleurs :
  • La répartition des charges entre chaque copropriétaire ainsi que la méthode de calcul ;
  • La description précise de la division de l'immeuble en indiquant chaque lot de copropriété.
Le contrat de copropriété devra par ailleurs obligatoirement être remis à chaque nouveau locataire ou nouveau propriétaire.

Les nouvelles dispositions légales du contrat de copropriété

Depuis la mise en application du décret datant du 26 mars 2015, un contrat type doit obligatoirement être utilisé.
Ce contrat précise le champ des prestations obligatoires dont le syndic a la charge et pour lesquelles il facture des honoraires aux copropriétaires. En normalisant les contrats, les clauses abusives sont éliminées, et la transparence est de mise.
Ainsi, un forfait de base s'applique à toutes les copropriétés, une liste de prestations particulières et propres à chaque immeuble doit également clairement figurer dans le contrat.
Le contrat court à présent sur une durée limitée, soit trois ans au maximum. Il ne peut plus être tacitement reconduit par le syndic lui-même. Un vote en Assemblée générale est désormais la règle.
Aussi, une rupture du contrat en cours de validité peut être accomplie. C'est le cas lors de situations de crise, de relations tendues entre le syndic et les copropriétaires. Pour cela, il faut soit que le syndic démissionne soit que les copropriétaires votent sa révocation à la majorité.
Parmi les nouvelles obligations datant de 2015, figurent notamment sur le contrat :
  • La création d'un compte bancaire séparé au nom de la copropriété ;
  • L'ouverture d'un extranet afin de mettre en réseau l'ensemble des documents à la disposition des copropriétaires ;
  • La communication sur les heures ouvrables du syndic.
Avec ces nouvelles dispositions légales, l'Etat veut apaiser les relations entre copropriétaires et syndics de copropriété. Le contrat de copropriété se veut plus clair et plus transparent sur le fonctionnement de l'immeuble et les frais facturés.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.