Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Crédit immobilier : les taux toujours en augmentation, la barre symbolique des 2 % franchie
information fournie par Boursorama avec Newsgene06/07/2022 à 15:19

La barre symbolique des 2 % est maintenant atteinte dans certaines banques. (Pixabay / nattanan23)

La barre symbolique des 2 % est maintenant atteinte dans certaines banques. (Pixabay / nattanan23)

Les taux de crédit moyens ont subi une nouvelle hausse ce mois de juillet pour atteindre 1,70 % sur 20 ans. De nombreuses banques proposent même maintenant des taux dépassant la barre symbolique des 2 %.

Les taux de crédits immobiliers n'ont cessé d'augmenter depuis le début de l'année. Les taux moyens affichés par les banques ce mois de juillet atteignent environ 1,70 % sur 20 ans, selon les derniers baromètres des courtiers Empruntis et Vous Financer. Cela correspond à une augmentation de 0,15 point en un mois. La barre symbolique des 2 % est maintenant atteinte dans certaines banques, rapporte Capital .

Ce serait la moitié des établissements bancaires qui pratiqueraient un taux supérieur à 2 % pour les revenus les plus bas, selon Empruntis. La situation ne devrait pas s'arranger. « Avec le départ en vacances de 50 % des effectifs, les banques souhaitent ralentir l’entrée de nouveaux dossiers afin de les traiter dans les meilleures conditions », confie Cécile Roquelaure, directrice d’études chez Empruntis.

Attirer les primo-accédants

A noter que la BCE a déjà annoncé, début juin, qu'elle allait augmenter ses taux directeurs durant le mois de juillet. Les banques vont donc logiquement s'aligner. Toutefois, tout n'est pas sombre. Les taux d’intérêt des emprunts de l’Etat français (OAT 10 ans), ont légèrement baissé ces derniers jours et s’établissent à moins de 2 %. Cela signifie que si la tendance se confirme, les banques auront une plus grande latitude pour proposer des taux avantageux, notent nos confrères.

La hausse des taux d'usure au 1er juillet, même si elle a été fixée en dessous des attentes des courtiers à 2,57 % sur 20 ans, pourrait également contribuer à limiter la hausse des taux à court terme. Les primo-accédants pourraient tirer profit de cette situation. « Les primo-accédants qui possèdent un bon dossier sont favorisés, car les banques sont prêtes à faire des efforts pour les séduire. Des décotes sur les taux de crédit sont toujours possibles pour ce genre de profils », assure Cécile Roquelaure.

0 commentaire

Annonces immobilières