Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Ce couple vit un enfer avec le chantier du voisin accolé à leur fenêtre
information fournie par Le Figaro23/07/2021 à 06:00

Il n’y a que quelques centimètres de polystyrène qui séparent la maison de ces deux Toulousains de la construction de leur voisin. Une situation ubuesque.

Les querelles de voisinage sont décidément un puits sans fond. Celle-ci, repérée par le site Actu.fr, se déroule à Toulouse et met aux prises un jeune couple ayant acheté une maison ancienne qu’il compte rénover et le propriétaire de la parcelle voisine. La maison, achetée en mars 2019, dispose d’un beau petit jardin à l’avant mais les choses se gâtent à l’arrière où les fenêtres donnent sur un mur. Cette mauvaise histoire a débuté sitôt la vente signée puisque ce n’est qu’à ce moment-là que les nouveaux propriétaires, Cyrielle et Matthias, ont découvert qu’un chantier avait été lancé depuis leur dernière visite. Selon leurs propos rapportés par Actu.fr, ils auraient alors voulu immédiatement se rétracter mais le notaire leur aurait alors expliqué qu’il leur en coûterait 20.000 euros de frais notariés, ce qui les a dissuadés d’envisager une telle mesure.

Toujours est-il que depuis ce moment-là, le couple remue ciel et terre pour que la situation évolue mais rien n’y fait. Ils constatent que le projet aurait été présenté comme un cabinet médical hâtant l’autorisation d’une telle construction. Or il apparaît désormais que la construction mitoyenne sera une dépendance d’un projet d’habitation, un immense atelier-garage, quasiment aussi grand que leur maison, Ils ont bien essayé de régler le conflit à l’amiable avec leur voisin mais celui-ci leur explique être dans son parfait bon droit après avoir suivi la procédure. L’appel à l’aide à la mairie de Toulouse ne s’est pas révélé plus fructueux.

Appels à l’aide et procédure

Estimant que cette situation va déprécier la valeur de leur bien et qu'en plus cette proximité du mur voisin crée un risque d’humidité et de fragilité structurelles, ils ont décidé de porter l’affaire en justice. Il faut dire qu’en plus des différents problèmes déjà évoqués, ils vivent bien évidemment aux premières loges l’intégralité du chantier qui s’éternise. Cyrielle et Matthias ont par ailleurs publié un long post Facebook pour attirer l’attention sur leur triste affaire. Bon nombre des commentaires pointent le fait qu’il y a peut-être une responsabilité du vendeur et du notaire qui devaient forcément avoir eu vent du projet de construction, s’il a été lancé dans les règles. On apprend d’ailleurs sur cette même page que Matthias, après avoir débuté dans l’informatique vient de se lancer dans une carrière de conseiller immobilier. Souhaitons-lui de finaliser des transactions plus paisibles que celle qui le préoccupe.

0 commentaire

Annonces immobilières