Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Assurance-vie : comment booster le rendement de son contrat?
information fournie par Café de la Bourse12/09/2018 à 08:28

Depuis quelques années, le placement préféré des Français souffre de la baisse significative du rendement du fonds euros.  Voici quatre options qui vous permettront de renouer avec la performance. (Crédit: Pixabay)

Depuis quelques années, le placement préféré des Français souffre de la baisse significative du rendement du fonds euros. Voici quatre options qui vous permettront de renouer avec la performance. (Crédit: Pixabay)

L'assurance-vie est l'un des placements préférés des Français. Pourtant, avec la baisse significative du rendement du fonds euros (entamée depuis de nombreuses années déjà), l'assurance-vie perd un peu de sa superbe. Vous ne pouvez vous satisfaire de la situation et souhaitez booster le rendement de votre contrat ? Voici quatre options qui vous permettront de renouer avec la performance.

Réduire la part du fonds euros et privilégier les unités de compte

La performance du fonds euro s'étiole depuis plus de 15 ans. Le rendement moyen de 5,3 % en 2000 est passé à 1,8 % en 2017 et la dégringolade devrait se poursuivre en 2018. La solution la plus simple pour enrayer la baisse du rendement de son contrat est sans aucun doute de réduire le montant de son encours sur le fonds euro au profit des unités de compte (UC), plus risquées, mais aussi bien plus rémunératrices. Cette mesure a d'ailleurs été massivement adoptée par les Français au cours des dernières années et des derniers mois. Ainsi, la collecte nette en unités de compte a représenté 20 milliards d'euros en 2017 quand le fonds euro affichait lui une décollecte de 12,8 milliards. Le bon sens explique sûrement ce revirement mais on ne peut pas non plus passer sous silence les incitations des assureurs à se détourner du fonds euros pour privilégier les UC : augmentation des frais de versement sur fonds euros et majoration du rendement de ce dernier lorsqu'une partie de l'épargne est placée en unités de compte. Notez également que pour accéder aux fonds euros les plus populaires du marché, le placement d'une partie de son épargne en unités de compte peut être exigé par l'assureur.

Il conviendra bien sûr de choisir un contrat en architecture ouverte avec un large choix d'unités de compte qui pourra vous permettre d'investir dans de nombreux OPCVM mais aussi dans des SCPI, OPCI ou encore des ETF. En effet, investir en Bourse via des fonds à long terme permet d'espérer un rendement appréciable : les actions ont créé davantage de valeur au cours des deux derniers siècles que les emprunts d'État les mieux notés et les instruments monétaires selon l'étude d'Allianz « Les actions : un vrai potentiel à moyen terme » réalisée en janvier 2014, et ce tout en profitant des avantages fiscaux de l'assurance-vie !

Rappelons tout de même que la répartition de vos avoirs entre placement garanti et unités de compte risqués doit avant tout se faire en fonction de votre profil d'investisseur, de votre horizon de placement et de vos objectifs financiers.

Faire la chasse aux frais

La question des frais est cruciale en matière d'assurance-vie car en effet quelques points de base peuvent se transformer en milliers d'euros en quelques années. Vous devrez donc veiller à ce que les différents frais ne soient pas trop élevés, voire sont nuls. Il est même possible de faire une croix sur certains frais (droits d'entrée, frais d'arbitrage, frais de sortie, etc.) pour peu que l'on choisisse un acteur sur le web. De nombreuses banques en ligne proposent en effet des contrats aux tarifs particulièrement avantageux.

Attention, tout de même, les frais de gestion du contrat d'assurance-vie sont eux systématiquement pratiqués par tous les acteurs. Ce sont donc sur eux que doivent se concentrer vos efforts pour faire baisser la note. D'abord, sachez que les contrats Internet proposent des frais de gestion moindres comparé à la plupart des acteurs traditionnels. Enfin, retenez que les frais de gestion des produits détenus au sein d'un contrat d'assurance-vie sont variables. Ainsi, des unités de compte investies en SCPI auront tendance à comporter des frais plus lourds que des unités de compte investies en OPCVM qui seront-elles-mêmes plus onéreuses que des unités de compte ETF.

Même si votre allocation doit avant tout reposer sur une stratégie adaptée à votre profil d'investisseur, votre horizon d'investissement et vos objectifs financiers tout en respectant les règles élémentaires de diversification, il peut être judicieux de se positionner principalement sur des trackers. En effet, les ETF permettent de se positionner à peu de frais sur de très nombreux sous-jacents, un bon moyen de réduire la facture et de dégager de la performance à moyen long terme.

À noter : la directive Mifid 2 entrée en vigueur au 3 janvier 2018 rend obligatoire l'accès au détail des différents frais.

Opter pour une gestion sous mandat

De plus en plus de contrats proposent la gestion sous mandat à partir d'un montant d'encours de moins en moins élevé et ce, à des tarifs de plus en plus avantageux. Pourquoi ne pas en profiter ? Dans ce cas, les arbitrages au sein du contrat sont assurés par une société de gestion qui détermine une allocation d'actifs en fonction de ses analyses macroéconomiques et de marché ainsi que de du profil de risque et des objectifs de l'investisseur.

La gestion sous mandat, en permettant de profiter des conseils de grandes sociétés de gestion, est idéale pour essayer de dégager de la performance mais c'est aussi une solution parfaite pour un investisseur qui ne voudrait pas investir lui-même faute de temps, de compétence ou d'envie. De plus, vous pouvez compter sur une approche rendement et risque maîtrisée et fonction de votre profil d'investissement (prudent, équilibré, dynamique, etc.).

Dans le cas où vous souhaitez opter pour la gestion sous mandat, prenez garde à bien choisir votre contrat non pas en fonction de l'importance du choix des unités de compte comme nous vous le conseillions dans la première partie de cet article mais en fonction de la diversité des gestions sous mandat proposées et de leur performance en vous basant sur leur historique de minimum 3 ans qui, même s'il ne présage pas de la performance future, donne une certaine idée de la performance de la société de gestion.

Une solution pour doper la performance, même pour les plus réfractaires au risque

Enfin, si vous présentez un profil avec une très forte aversion au risque et que l'idée de ne plus être investi exclusivement en fonds euros vous donne des sueurs froides, vous avez toujours la possibilité d'opter pour le fonds euro-croissance. Relancé par la loi Pacte, ce type de fonds euros propose, en contrepartie d'une durée de blocage définie et à l'issue de laquelle les fonds sont garantis, un rendement bien plus intéressant que le fonds euros classique. Mais vous pouvez aussi si vous êtes très attaché à la pierre opter pour un fonds euros immobilier. Les fonds euros dynamiques sont également des alternatives intéressantes aux fonds euros classiques. Tous ces fonds euros obéissent à la même logique : une diversification de l'allocation vers des actifs plus risqués (immobilier, actions, etc.) que les traditionnelles fonds euros en obligations tout en proposant une garantie en capital.

Louis Yang (Café de la bourse)

1 commentaire

  • 11 septembre11:52

    J'adore "Réduire la part du fonds euros et privilégier les unités de compte" et "Opter pour une gestion sous mandat"!!! Pour la 2ème solution votre épargne vient déjà de maigrir d'environ 5%!!! Bien joué! Pour les unités de compte, excellente idée!!! Je suis personnellement investi à 65% en UC; résultat actuel 2018 : 0% de gains! Heureusement que SCPI et fonds Euros sont là pour sauver mon année!


Annonces immobilières