Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

5 choses à savoir cette année si vous vous chauffez au fioul
information fournie par Le Figaro26/02/2024 à 06:00

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

Après des pics et des variations erratiques, le prix du fioul est resté assez stable sur un an. Conseils et prévisions sur ce qui reste la 3e énergie de chauffage des Français.

Dépassé le fioul ? Pas vraiment. Si depuis juillet 2022, l'installation de nouvelles chaudières au fioul est interdite (tout comme les chaudières au charbon mais pas celles au biofioul), elles restent le moyen de se chauffer de 3 millions de Français, très majoritairement en maisons individuelles et dans les territoires ruraux. État des lieux en 5 points sur ce que l'on peut attendre cette année sur ce marché.

1 Des prix assez sages mais imprévisibles

«Globalement sur un an les prix sont restés stables sur un an, explique Maëlle Ricard, directrice des opérations du site internet de commandes de fioul, Fioulreduc. Après une baisse significative en mai-juin l'an dernier jusqu'à un point bas autour de 1,085 euro le litre, nous sommes revenus à quelques euros du tarif de l'année précédente.» Ces derniers jours, le site affichait un tarif moyen de 1238 euros pour 1000 litres. Si l'été reste un point bas habituel, les fluctuations restent de plus en plus difficiles à prévoir, avec des hausses sensibles enregistrées dès la mi-juillet l'an passé. Et pour les mois qui viennent? La baisse attendue du nombre d'utilisateurs de chaudières au fioul va-t-elle faire baisser les tarifs ou les doper? «Il y a une grosse volatilité et les prix dépendent très fortement de la situation économique comme du contexte géopolitique sans oublier l'impact du réchauffement climatique, souligne Maëlle Ricard. Des éléments que l'on ne maîtrise et qui rendent ces prix très peu prévisibles.»

2 Une lente diminution du nombre d'utilisateurs

Les professionnels du fioul estimaient à 3,4 millions le nombre de foyers utilisant leur énergie il y a encore 5 ans et ne parlent désormais plus que de 3 millions. Leur syndicat patronal, la FF3C, évalue que dans 10 ans ce nombre sera divisé par deux.

3 Un biofioul qui reste marginal

Pour l'instant, cette alternative plus verte pèse au mieux 2% des livraisons. Il est vrai que le surcoût est encore important, de l'ordre de 70 à 150 euros les 1000 litres et que l'on manque encore un peu de recul. «À un moment, il était dit qu'il ne fallait pas le conserver plus de six mois, ce qui n'était pas de nature à rassurer, mais maintenant on sait qu'on peut le conserver deux ans sans difficulté» , précise Maëlle Ricard. L'argument écologique pourrait convaincre certains clients tandis que d'autres seront plus intéressés de savoir que certaines chaudières biofioul à condensation sont nettement moins gourmandes. Évidemment, un coup de pouce sur la fiscalité de ce produit pourrait aussi changer la donne.

4 Des économies avec un peu de bon sens...

«On en revient toujours aux mêmes conseils de base pour réduire la facture, rappelle Maëlle Ricard. En premier lieu, cela passe par un entretien très régulier de la chaudière pour optimiser la combustion et par l'installation de thermostats. Et un geste simple: ouvrir régulièrement ses fenêtres, car une maison bien aérée est moins humide et se chauffe plus rapidement.»

5 ... et en se regroupant pour les petites commandes

Proposé par diverses sociétés le regroupement de commandes semble surtout intéressant pour les «petits» clients. «Chez nous, la formule est la plus avantageuse pour les clients qui pour des raisons de budget ou de taille de cuve ne peuvent pas atteindre le premier palier habituel de commande seul, à savoir 1000 euros, précise Maëlle Ricard. Pour eux, on peut espérer 20 à 30 euros de réduction, ce qui reste significatif sur une facture de fioul.»

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer