Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mon enfant ne veut pas lire, comment inverser la tendance ?
Partenaire28/04/2021 à 09:58
Temps de lecture: 10 min

Au cours de cet article nous allons nous pencher sur un problème que rencontrent de plus en plus de parents avec leurs enfants, à savoir, le non goût pour la lecture. Il faut d'emblée bien faire la part des choses entre enfant et pré ado, voire ado... Chez un jeune enfant, de 5 à 9 ans disons, le fait de ne pas aimer lire, de ne pas s'intéresser à la lecture, n'implique pas les mêmes choses que lorsque l'on parle d'un enfant de 10 à 12 ans par exemple. Dans ce contenu, nous allons nous pencher sur la tranche d'âge jeune, et ne pas aborder le problème à l'aune de la pré-adolescence, qui est d'une toute autre nature ; nous allons vous expliquer le pourquoi de ce « refus » de lecture, et aussi vous donner quelques tuyaux afin de renverser la tendance, autant que faire se peut...

Mon enfant ne veut pas lire, comment inverser la tendance ?

Mon enfant ne veut pas lire, comment inverser la tendance ?

I/ Le signe de la toujours petite enfance...

Contrairement à l'idée que vous vous faites de la lecture, et de son interprétation par votre enfant de 5 à 8, voire 9 ans, très souvent, lorsqu'il est en train de fournir un effort intellectuel intense pour décrypter les lettres qu'il a sous le nez, pour les assembler en syllabes qui elles mêmes formeront des vocables agencés en phrases, et bien l'enfant a tendance à ne pas forcément comprendre au fur et à mesure les unités de sens qui s'additionnent les unes aux autres pour tisser une trame qui fait sens. A partir de là, vous comprendrez aisément que, privé de sens à donner à l'exercice qu'il est en train de réaliser, à grand renfort d'huile de synapses, le jeune enfant qui se débat plus ou moins lestement avec les mots, ne trouve que peu de plaisir à la lecture, puisque peu (voire aucun...) de sens... 

Vous noterez d'ailleurs que très souvent, le même enfant qui a toutes les peines du monde à se plonger dans la lecture lorsque vous l'y invitez, aura au contraire un attrait particulièrement marqué pour les récits que vous lui ferez avec un livre entre les mains. Cela devrait vous convaincre que c'est bel et bien la rupture de sens qui figure cette fameuse et satanée barrière matérialisée par une envie très mesurée de s'emparer de lui-même d'un ouvrage pour le dévorer avec frénésie (comme vous aimeriez que ce soit le cas)... Notez d'ailleurs que c'est en adoptant régulièrement et sans rechigner cette posture de lecteur ou de lectrice, de personne à même de décrypter un livre en y donnant sens et vie, qui vous allez permettre à l'enfant de cultiver son goût pour le récit et le désir de s'armer avec tout ce qu'il faut de savoir et de maîtrise, pour être à son tour capable de mettre de la magie dans sa façon de parcourir un livre ou une histoire.

Le signe de la toute petite enfance...

Le signe de la toute petite enfance...

Vous l'aurez compris, il ne s'agit donc pas seulement de renvoyer l'enfant d'un revers de phrase comme « Va donc prendre un livre et lis ! », ou encore « Allez, prends ton bouquin et fais un peu de lecture ! », pour cultiver en lui ce goût et cette envie de manier le verbe, le nom et l'adjectif comme un Mousquetaire de la phrase, façon Alexandre Dumas. Si vous souhaitez donner le goût de la lecture à votre enfant, il n'est pas question de le laisser seul face à une œuvre, le mieux est de l'accompagner et de le prendre par la main, voire même de le tirer un peu. Lisez-lui donc des histoires dans un premier temps tout en animant le récit... 

Pour certains il sera aisé de se remémorer ce que fut leur enfance, avec des parents, des grands parents, ou des proches, qui avaient pour habitude de leur lire les Lettres de mon Moulin, la Gloire de mon Père ou le Château de ma Mère, ils comprendront alors aisément que ce sont précisément ces instants magiques qui les ont amené à, plus tard, devenir des lecteurs ou des lectrices assidus de toutes sortes d'ouvrages... Il faut laisser du temps au temps, cela ne vient pas automatiquement sitôt le « déchiffrage », le décodage acquis, que de prendre plaisir à dévorer des livres et des histoires, seul devant les pages noircies d'encre et caffies de métaphores et de bons mots... D'ailleurs les neurosciences expliquent très bien que les réseaux synaptiques de la lecture n'existent pas d'emblée chez le nourrisson et chez les jeunes enfants, mais se créent à la pratique, avec l'association des phonèmes qui fabrique du sens à partir de « rien ». Par contre, la curiosité du récit, la soif de faconde et d'aventures, c'est le propre du petit humain, et ce très tôt dans sa vie, c'est donc par ce biais qu'il va falloir mettre le pied dans la porte (ou à l'étrier, c'est selon...) et engager le processus qui rendra autonome, à terme, chaque enfant devant le Verbe !

Nous ne saurions trop vous conseiller, d'ailleurs, de varier un peu les plaisirs et d'alterner dans la lecture avec votre enfant. Vous pourrez par exemple lire un paragraphe, puis lui laisser le suivant et ainsi fonctionner à tour de rôle... Si le texte ou le passage comporte un dialogue, un subterfuge bien malin et très efficace, revient à endosser le rôle de l'un des protagonistes, et de laisser l'autre à votre enfant ; cela vous permettra de faire vivre le texte avec d'autant plus d'intensité et de force que vous serez capable de faire varier le ton et de changer de timbre de voix pour incarner le ou les personnage(s) en question... Cela permettra de façon naturelle, de fluidifier la lecture et fera prendre vie au texte pour éloigner le sentiment de « travail » qui incombe à l'enfant qui est en train de « décoder » ; en outre, vous servirez aussi de modèle, que l'enfant fera tout pour tâcher de reproduire et ainsi donner du relief à son phrasé, ce qui fait l'essence même d'une lecture dite « vivante ».

Afin de clore cette première partie, nous tenons à souligner le fait qu'il est primordial que vous puissiez amener votre enfant à comprendre ceci : la lecture est une part intégrante de la vie au quotidien. Il va donc s'agir, dès que possible, de bien montrer à votre tête blonde, brune ou rousse, qu'à chaque instant du jour ou de la nuit, chacun d'entre nous est amené à devoir « lire », pour comprendre et analyser son environnement, qu'il soit direct, ou indirect... Que vous soyez devant la télévision à regarder un documentaire qui précise par écrit l'endroit où il a été tourné, que vous soyez en vacances et que vous ayez à lire une brochure présentant telle ou telle activité ou tel ou tel endroit à visiter, que vous soyez dans votre cuisine à chercher à savoir ce que vous allez bien pouvoir cuisiner pour faire plaisir à votre petite famille en regardant des recettes, que vous soyez chez vous à réceptionner un nouvel équipement (ou un jouet par exemple...) et qu'il vous faille lire la notice pour en comprendre correctement ou dans leur entièreté...

Par conséquent, après avoir dit tout cela, ne considérez surtout pas que c'est une forme de fainéantise, ou d'abdication devant l'effort lorsque l'enfant ne se sent pas de lire par lui même et pour lui-même, car ce serait une grave erreur, et vous pourriez bien, le cas échéant, travailler à contre courant, à l'encontre de l'idée même que vous souhaitiez défendre, à savoir : faire aimer la lecture à votre bout de chou !

II/ Le plaisir de la lecture

Pour peu que vous parveniez à rendre la lecture plaisante, agréable, source de voyage et d'inspiration, en montrant à votre enfant à quel point elle est tout simplement indissociable de la vie et des activités quotidiennes, vous aurez infiniment moins de mal à le ou les motiver à lire davantage. 

Le plaisir de la lecture

Le plaisir de la lecture

Nous l'avons vu dans la partie précédente, le chaînon manquant dans un premier temps, c'est cette capacité à faire sens dans ce qui est décodé, la faculté à intégrer les mots dans un univers de visualisation mentale qui dépasse justement le simple décryptage des phonèmes, pour tendre vers une sorte de fresque intangible, qui renferme autant de couleurs, de formes, d'odeurs et de sensations que de sons. Il va sans dire que la pratique est primordiale dans cet exercice, et l'on ne parvient véritablement à ressentir du plaisir à la lecture que lorsque l'on est capable de lire plus ou moins rapidement, sans que cela ne s'apparente à une gymnastique de l'esprit consciente ; il faut automatiser l'exercice et parvenir à le rendre aussi « indolore » et facile que ne l'est la respiration, si l'on peut dire... 

Tous les enfants ne sont pas égaux devant cette problématique, si bien que vous ne devrez pas considérer qu'un enfant qui met deux fois plus de temps à parvenir à un niveau de lecture satisfaisant, aime deux fois moins l'activité... Par ailleurs, ne perdez pas de vue qu'un enfant qui ne rencontre que peu de difficulté dans cet exercice, va lire d'autant plus souvent, et donc marquer une progression d'autant plus rapide qu'un autre enfant qui rencontrera quant à lui de plus gros et de plus rebutants obstacles... La clef au final, va être tout simplement de faire en sorte que l'enfant parvienne à se créer par lui-même (mais avec votre entremise) un sentiment positif, une sorte d'émulation, vis-à-vis de la lecture.

Le premier point à ne pas négliger, c'est de cerner les goûts de l'enfant, de sorte que vous lui proposiez des textes à lire, qui l'intéressent, tout bonnement. Cela peut paraître bête à dire, mais un enfant qui est plongé et pleinement immergé dans ce qu'il étudie, va naturellement et très légitimement renforcer sa motivation et sa faculté à persévérer malgré les difficultés rencontrées. Souvenez-vous, cela a nécessairement été votre cas à vous aussi lorsque vous étiez petit, et vous vous dirigiez naturellement vers des livres ou des récits qui vous passionnaient dès que la possibilité vous en était offerte (Le Club des Cinq, les Six Compagnons, etc...) Certains enfants vont marquer une préférence pour les fictions pures, d'autres au contraire seront davantage attirés par les témoignages, voire les textes informatifs, des bandes dessinées, des récits historiques, ou encore des magazines, etc. Ce sera votre travail que de « pister » les préférences de l'enfant, afin de lui proposer (comme vous le faites lorsque vous décidez de lui faire plaisir en lui mijotant son petit plat préféré par exemple...) ce qui, précisément, lui plaît et le motive tout naturellement ! Par ailleurs, si vous n'avez que peu de culture littéraire, n'hésitez pas à vous tourner vers des personnes qui seront de bon conseil à votre place, les libraires ou certains sites dédiés peuvent tout à fait vous orienter vers des ouvrages qui rencontrent un succès certain auprès des enfants, et plutôt que de vous risquer à choisir tel ou tel contenu un peu de manière aléatoire, le mieux est encore de faire appel à toute l'aide qui pourrait vous être fournie !

Se tourner vers des lectures adaptées au niveau et à l'intellect de l'enfant considéré

Se tourner vers des lectures adaptées au niveau et à l'intellect de l'enfant considéré

Le second point dont il faudra tenir compte, c'est bien entendu de vous tourner vers des lectures qui sont adaptées au niveau et à l'intellect de l'enfant considéré... Je me souviens par exemple avoir eu entre les mains, autour de 9 ou 10 ans, La Peste d'Albert Camus, et en dépit du caractère hautement littéraire de cette œuvre majeure, il faut bien reconnaître que je n'y ai pas accordé grand intérêt...et j'ai tôt fait de me retourner vers Jack London et son Croc Blanc ou son Appel de la Forêt, qui ont gravé en moi l'amour des grands espaces nord américains et de la nature sauvage dans tout ce qu'elle a de fascinant et de pittoresque... En outre, je me souviens m'être très largement abreuvé à la sources des fameux Comics américains (Strange, Marvel et l'univers de Stan Lee...) qui m'ont permis, en parallèle, de développer un certain sens de la mise en scène et du spectaculaire, grâce aux images qui fournissaient à l'esprit un appui fondamental...

Par ailleurs, peut-être ne connaissez-vous pas ce concept assez extraordinaire du Livre dont Vous êtes le Héro, mais sachez que très souvent (ce fut le cas pour moi et pour bon nombre de mes amis d'alors...) leurs univers et leur pouvoir immersif sans égal (puisque vous incarnez tout simplement le rôle du personnage principal autour duquel s'articule l'histoire, rien que ça !). Ce type de livre représente un excellent moyen d'amener l'enfant à ressentir un plaisir incroyable à parcourir fiévreusement chaque page, en sautant de paragraphe en paragraphe afin de découvrir ce que la suite de l'histoire et de l'intrigue lui réserve... Il y en a pour tous les goûts ou presque, c'est à dire que vous pourrez tour à tour incarner un explorateur de continent perdu ou oublié, un héro de la Grèce Antique enfermé dans le fameux Labyrinthe de Dédale (ou son équivalent du monde du fantastique...donc rempli de créatures improbables), un magicien en herbe (façon Harry Potter ou presque...) qui termine sa formation et part en quête de par le vaste monde pour le sauver du terrible mage noir qui s'apprête à l'asservir, un redoutable ninja qui suit la Voie de son école pour poursuivre des missions variées, un Chevalier de la Table Ronde qui part en quête du fameux Graal, etc etc.Voilà, vous l'aurez donc compris, il est crucial que le texte ou le livre choisi soit tout simplement du goût et d'un niveau de lecture qui correspond à votre enfant, sans quoi il ne pourra pas le lire de manière autonome, ni avec une passion débordante.

Enfin et pour finir, dernier petit conseil, très important lui aussi, mais qui ne se résumera le plus souvent qu'à une intervention ponctuelle et non pas lissée sur la longueur, lorsque vous lisez ensemble, il est important que vous preniez le temps de vous arrêter sur les mots dont vous pensez qu'ils peuvent représenter un problème (en termes de compréhension, de niveau de langue, etc). Prenez alors un petit moment afin d'expliquer le mot en question, de le contextualiser aussi ; une phrase construite autour d'un terme abscons ou tout simplement incompréhensible peut parfois perdre toute signification (et par extension tout intérêt...), ce qui peut amener assez vite à un décrochage très néfaste de la part du tout jeune lecteur... Le fait d'apprendre de nouveaux mots, l'enrichissement du vocabulaire est une variable importante pour qu'un enfant continue à développer son intellect, son esprit critique et sa capacité à tenir des raisonnement de son propre chef, alors ne sous-estimez pas cet aspect des choses.

Les Risques en Bourse

Fermer