Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Famille royale: combien rapportent les produits dérivés?
information fournie par Le Particulier pour BoursoraMag17/09/2022 à 08:30
Temps de lecture: 4 min

Les Britanniques se ruent sur les souvenirs à l’effigie de la reine Elizabeth II. crédit photo : Capture d’écran du site www.monarchiebritannique.com

Les Britanniques se ruent sur les souvenirs à l’effigie de la reine Elizabeth II. crédit photo : Capture d’écran du site www.monarchiebritannique.com

La grande majorité des Britanniques sont profondément attachés à la monarchie et à la famille royale. S’ils sont nombreux à se presser devant les grilles de Buckingham Palace ou à l’abbaye de Westminster pour rendre un dernier hommage à leur souveraine, les magasins de souvenirs sont eux aussi pris d’assaut. Sur Internet, les objets à l’effigie d’Elizabeth II atteignent des sommes faramineuses.

La famille royale, un business lucratif

Les Britanniques raffolent des objets liés à la famille royale. Rares sont les foyers de Grande-Bretagne qui ne possèdent pas une tasse, un porte-clé ou un tee-shirt à l’effigie de l’un de ses membres. À chaque grand événement lié à la Couronne, les sujets de sa Majesté se rassemblent, et les ventes de produits dérivés créés spécialement pour l’occasion s’envolent.

Dernier exemple en date: le jubilé de platine, célébré du 2 au 5 juin 2022. Selon le cabinet Center for Retail Research, les Britanniques auraient dépensé plus de 330 millions d’euros en goodies lors des festivités entourant les 70 ans de règne d’Elizabeth II. 6 millions de mugs, 10 millions de drapeaux et de décorations, plus d’un million de livres et de photos, 1,8 million de DVD et 2,8 millions de stylos et d’articles de papeterie auraient été vendus. Dix ans plus tôt, les souvenirs royaux n’avaient rapporté “que” 240 millions d’euros lors du jubilé de diamant de la souveraine.

Le Royal Collection Trust veille sur les intérêts de la Couronne

Le palais possède sa propre marque de produits dérivés, vendus dans les boutiques officielles ainsi qu’en ligne ( https://www.royalcollectionshop.co.uk ). Ils sont commercialisés par le Royal Collection Trust. Cette organisation gère la collection d’œuvres d’art de la famille royale et les bâtiments ouverts au public, comme Buckingham Palace ou le château de Windsor.

Loin de reculer, l’intérêt pour la famille royale s’est au contraire renforcé au cours de la dernière décennie, au gré des mariages royaux et de la naissance des “royal babies”. Sur la saison 2017-2018, le Royal Collection Trust a enregistré un chiffre d’affaires global de 62,2 millions de livres ( 77,2 millions d’euros ), contre 50,8 millions de livres en 2012-2013. Les ventes de produits dérivés, photographies et nourriture ont rapporté 18,8 millions de livres , soit près de 22 millions d’euros . Entre 2007 et 2010, ce montant était compris entre 8 et 10 millions de livres .

Les retombées économiques liées à la famille royale ne se limitent pas aux revenus du Royal Collection Trust. La monarchie britannique renforce l’attractivité touristique du pays et dope l’économie. En 2017, le cabinet Brand Finance avait publié une étude sur la “marque” Windsor. Il estimait que la valeur de la monarchie et de la famille royale approchait les 67,5 milliards de livres ( 78,7 milliards d’euros ), dont 25,5 milliards d’actifs tangibles (immobilier, œuvres d’art…) et 42 milliards d’actifs dits immatériels.

Disparition d’Elizabeth II: effervescence autour des produits dérivés

Depuis le décès d’Elizabeth II le 8 septembre 2022, les Britanniques se ruent sur les objets à l’effigie de la souveraine. Si les boutiques officielles ont suspendu leurs activités pendant la période de deuil, les magasins de souvenirs sont en revanche pris d’assaut.

“Les funérailles de la reine, prévues le 19 septembre 2022, devraient avoir un impact sur le tourisme et l’industrie, estime John Plassard, analyste pour le groupe bancaire Mirabaud, interrogé par l’AFP. Les ventes de produits dérivés pourraient augmenter de 69 millions de dollars ( 68,6 millions d’euros ) après les funérailles.”

Les sites d’e-commerce n’échappent pas à cette ruée. La “Solar Queen”, une statuette en plastique alimentée par l’énergie photovoltaïque, trône en première position de la catégorie figurines sur Amazon. L’édition du Monopoly consacrée à Elizabeth II se monnayait aux alentours de 50 euros dès le lendemain de son décès, soit une hausse de plus de 40%. Plus classique, le mug commercialisé pour le jubilé de platine atteint 64,99 euros sur Amazon, contre une quinzaine en temps normal.

Dans la catégorie DVD, la vidéo du couronnement, l’épisode de Secrets d’histoire qui lui est consacré et les coffrets de la série The Crown , diffusée sur Netflix , s’arrachent. Idem pour la biographie de la reine par Robert Hardman, ou l’album de Catherine Ryan qui retrace ses 70 ans de règne.

Cet engouement fait le bonheur des spéculateurs. Au mois d’avril, Mattel avait commercialisé une poupée Barbie à l’effigie d’Elizabeth II pour célébrer son jubilé de platine. Produite à 20.000 exemplaires, elle était vendue 75 dollars ( 70 euros ). Depuis l’annonce du décès, elle est proposée à prix d’or sur les sites de revente: 1.300 euros , 5.000 euros et même jusqu’à 6.500 euros . Sur Ebay, un internaute aurait déboursé 12.000 euros pour un simple sachet de thé soi-disant utilisé par la reine.

A lire aussi:

Elizabeth II: à combien s’élève réellement sa fortune?

Prince Philip: entre modernité et conservatisme

La nouvelle vie californienne du prince Harry et de Meghan Markle

Le prince Harry et Meghan Markle attendent un nouvel enfant