Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Sous-marins: l'Australie s'est décidée "dans l'intérêt de sa sécurité nationale"
information fournie par Reuters16/09/2021 à 21:22

SOUS-MARINS: L'AUSTRALIE S'EST DÉCIDÉE "DANS L'INTÉRÊT DE SA SÉCURITÉ NATIONALE"

SOUS-MARINS: L'AUSTRALIE S'EST DÉCIDÉE "DANS L'INTÉRÊT DE SA SÉCURITÉ NATIONALE"

WASHINGTON (Reuters) - L'Australie a pris la décision de dénoncer sa commande de sous-marins français au profit d'une coopération accrue avec les Etats-Unis, et dans une moindre mesure le Royaume-Uni, "dans l'intérêt de sa sécurité nationale", a déclaré jeudi le ministre australien de la Défense, Peter Dutton.

L'annulation de la commande de 12 sous-marins à propulsion conventionnelle passée auprès de Naval Group, qualifiée de "contrat du siècle", a provoqué la stupeur et la colère des dirigeants français.

L'Australie va recevoir à la place des sous-marins à propulsion nucléaire américains, ont annoncé mercredi soir son Premier ministre Scott Morrison et le président américain Joe Biden, qui voient dans cette coopération accrue le meilleur moyen de tenir tête aux ambitions de la Chine.

Peter Dutton a justifié le revirement de son pays par une "incertitude" selon lui sans équivalent depuis la Seconde Guerre mondiale dans la région indo-pacifique.

"L'Australie a pris sa décision sur les sous-marins en fonction du meilleur intérêt pour sa sécurité nationale", a-t-il déclaré pendant une conférence de presse à Washington, ajoutant que des sous-marins à propulsion nucléaire français n'auraient pas constitué une meilleure offre que celle des Etats-Unis et du Royaume-Uni.

Le pacte de sécurité conclu avec Washington et Londres se traduira aussi par des rotations plus fréquentes d'avions de combat américains sur le territoire australien, a précisé le ministre australien de la Défense.

(Daphne Psaledakis, Humeyra Pamuk, Doina Chiacu et David Brunnstrom, version française Tangi Salaün)

3 commentaires

  • 17 septembre07:09

    La France n'a pas voulu lui vendre des sous marins d'attaque à propulsion nucléaire à l'époque que l'Australie voulait (à la demande de qui ?). Le contrat a mis plusieurs années pour être conclu et l'Australie était prête à renoncer