Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sarkozy se dit prêt à attaquer la France devant la Cour européenne des droits de l'homme
Reuters02/03/2021 à 20:46

SARKOZY SE DIT PRÊT À ATTAQUER LA FRANCE DEVANT LA COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L'HOMME

SARKOZY SE DIT PRÊT À ATTAQUER LA FRANCE DEVANT LA COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L'HOMME

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy est prêt à saisir jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme, quitte à attaquer la France, pour contester sa condamnation dans l'affaire dite des "écoutes", déclare-t-il dans une interview publiée mardi par Le Figaro sur son site internet.

L'ancien chef de l'Etat a été condamné lundi à trois ans de prison, dont un ferme, une première pour un président de la Ve République, pour corruption et trafic d'influence.

"Je sais que nous sommes dans un combat de long terme. J'ai fait appel de la décision, peut-être faudra-t-il que ce combat s'achève devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH)", déclare Nicolas Sarkozy au Figaro dans sa première réaction à sa condamnation. "Ce serait pour moi une souffrance que d'avoir à faire condamner mon propre pays, mais j'y suis prêt car ce serait le prix de la démocratie."

L'ancien président, qui clame une nouvelle fois son innocence, affirme que "des preuves, il n'y en a pas dans ce dossier". Il dénonce l'utilisation qui a été faite par l'accusation de conversations téléphoniques qu'il a eues avec son avocat Thierry Herzog, lui aussi condamné.

"Dans quelle démocratie le leader de l'opposition que j'étais à l'époque peut-il être ainsi espionné, pendant sept mois, en voyant le contenu de ses conversations livrées à la presse?", s'interroge-t-il, en mettant en doute "la partialité de certains magistrats" à son égard.

"Si nous étions dans la Russie de M. Poutine, les défenseurs des droits de l'homme crieraient que c'est gravissime", insiste-t-il en dénonçant les méthodes du parquet national financier (PNF).

Tout en refusant de dire si l'actuel président Emmanuel Macron lui a exprimé son soutien, Nicolas Sarkozy dit n'avoir "aucun reproche à faire ni au gouvernement, ni même aux membres de la majorité" et confirme qu'il ne sera pas candidat à l'élection présidentielle de 2022, bien que certains à droite voient en lui un recours.

"J'avais dit que je ne serai pas candidat à l'élection présidentielle, je le maintiens", déclare-t-il.

L'ancien président refuse en revanche de dire s'il apportera son soutien à Emmanuel Macron.

"Je ferai mon devoir en disant ce que je pense. Les enjeux sont trop importants pour se taire. Le moment viendra", dit-il. "Au moment où chacun aura fait valoir ses ambitions légitimes, je dirai qui je soutiens et pourquoi je le fais, en toute transparence avec ma famille politique."

(Bertrand Boucey, édité par Jean-Michel Bélot)

37 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M6699704
    03 mars16:17

    Que n'aurait on dit si le Tribunal avait relaxé le très haut magistrat impliqué dans ce dossier ! Or condamner ce magistrat qui est réellement intervenu au profit de Sarko sans le condamner aussi était impossible . N'oublions pas qu'il y a trois protagonistes dans ce dossier et que la Justice a eu le courage de sanctionner sévèrement un de ses pairs au sommet de la hiérarchie judiciaire de notre pays.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer