Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Prof menacée à Aix : comment tout cela a-t-il pu arriver ?
Le Point13/01/2021 à 14:56

Le vendredi 4 décembre 2020 eurent lieu à la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCHD) des auditions pour un groupe de travail qui s'était donné pour mission d'élaborer un avis sur la loi « confortant les principes républicains ». L'ambiance y fut agitée, au-delà de l'analyse critique raisonnable, autour d'une loi que certains estimaient « liberticide » et « islamophobe », d'autant plus qu'on venait d'apprendre la dissolution du CCIF, « sur des bases juridiques inexistantes ». Dans ce contexte échauffé tomba, au sortir des auditions, un mail, envoyé par un membre haut placé de l'institution : « Je ne sais même pas comment vous présenter ce passage d'un cours posté en ligne d'une collègue qui témoigne du climat délétère dans lequel nous sommes aujourd'hui. Cela prend deux minutes et c'est très instructif. »

L'audition de l'extrait prenait en effet peu de temps, une voix de femme expliquait qu'« il n'y a pas en islam de liberté de conscience », que le fait d'avoir un père musulman entraîne que l'on soit musulman, comme celui d'avoir une mère juive entraîne que l'on est juif : « C'est comme une MST, il faudrait parler de RST, de religion sexuellement transmissible. » Un échange de mails indignés s'ensuivit où l'on expliquait que la professeure en cause, qui enseignait le droit à l'université d'Aix-Marseille, était connue, que l'Unef avait été alertée, qu'il y avait des

... Lire la suite sur LePoint.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7163258
    13 janvier16:16

    Cela ne fait que commencer! aux USA c'est pire ils ont réussi à faire virer un prof qui avait prononcé le nom "nègre" pendant son cour alors qu'il traitait de l'histoire de la traite négrière...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer