Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Macron et Erdogan veulent avancer ensemble sur la Syrie et la Libye-Élysée
information fournie par Reuters14/06/2021 à 13:04

MACRON ET ERDOGAN ONT AFFICHÉ UNE VOLONTÉ D'AVANCER ENSEMBLE SUR LA SYRIE ET LA LIBYE, DIT L'ÉLYSÉE

MACRON ET ERDOGAN ONT AFFICHÉ UNE VOLONTÉ D'AVANCER ENSEMBLE SUR LA SYRIE ET LA LIBYE, DIT L'ÉLYSÉE

PARIS (Reuters) - Le président français Emmanuel Macron et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, qui se sont entretenus en tête à tête lundi en marge du sommet de l'Otan à Bruxelles, ont affiché une volonté d'avancer ensemble sur la Syrie et la Libye, a fait savoir l'Elysée.

Au cours de cet entretien de 45 minutes, "plus long que prévu" selon la présidence française, Emmanuel Macron a rappelé sa volonté de "clarification stratégique entre alliés sur les valeurs, les principes et les règles au sein de l'Otan".

Un compte rendu qui rejoint les propos tenus par Emmanuel Macron jeudi dernier devant la presse.

"Nous avons besoin de poser le cadre clair de nos relations entre alliés (...) je considère que cette clarification doit se faire particulièrement avec la Turquie", avait-il déclaré, en référence, notamment, à la situation en Syrie et en Libye où le rôle de la Turquie pose question.

L'entretien "nourri et substantiel" entre les deux dirigeants, selon les termes de l'Elysée, s'est déroulé au terme de deux années de tensions diplomatiques émaillées d'invectives, le président Erdogan allant jusqu'à s'interroger sur la santé mentale d'Emmanuel Macron.

"Nous avons mené parfois des controverses, et nous les assumons, mais quels que soient les désaccords, on doit toujours se parler", avait estimé jeudi dernier le président français.

L'entretien de lundi à Bruxelles a été l'occasion d'une "clarification sur l'islam", a dit l'Elysée, alors que le président Erdogan avait fustigé le projet de loi "confortant le respect des principes de la République", qui entend lutter contre le séparatisme et renforcer la laïcité à la française.

Emmanuel Macron a redit "que la France respectait l'islam et les musulmans" et rappelé que les valeurs de la République "devaient être respectées et ne devaient pas être instrumentalisées", a rapporté la présidence française.

(Elizabeth Pineau, avec la contribution de Myriam Rivet, édité par Bertrand Boucey et Jean-Michel Bélot)

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • michevey
    14 juin14:43

    Au royaume de l'hypocrisie, les les chefs d'état sont rois...!!