Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les syndicats de Renault rejettent le projet de restructuration
Reuters29/09/2020 à 10:42

LES SYNDICATS DE RENAULT REJETTENT LE PROJET DE RESTRUCTURATION

LES SYNDICATS DE RENAULT REJETTENT LE PROJET DE RESTRUCTURATION

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Les quatre principaux syndicats de Renault ont rendu mardi matin un avis défavorable sur le plan de restructuration du groupe au losange, a-t-on appris de plusieurs sources syndicales, une décision attendue mais qui risque de compliquer la tâche du tout nouveau directeur général Luca de Meo.

La CFE-CGC, la CFDT, la CGT et Force ouvrière (FO) ont communiqué leur avis lors d'un Comité central social et économique (CCSE) central qui s'est tenu au siège du constructeur, à Boulogne-Billancourt (Haut-de-Seine), ont dit quatre sources.

Un porte-parole du groupe automobile a refusé de faire un commentaire tant que le CCSE était en cours.

Pour sortir d'urgence du rouge, Renault prévoit plus de deux milliards d'euros d'économies sur trois ans, la fermeture du site de recyclage de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), la fin de l'assemblage de voitures à Flins (Yvelines) et 15.000 suppressions d'emplois dans le monde, dont 4.600 en France.

Si l'avis des syndicats ne revêt qu'un caractère consultatif, il tombe mal pour le nouveau directeur général, bien que celui-ci bénéficie du soutien total de son principal actionnaire, l'Etat français.

Lorsqu'il a présenté en interne sa "Renaulution", Luca de Meo avait déclaré à l'ensemble des salariés et à leurs représentants qu'il "avait besoin (d'eux) pour réaliser ce virage".

Dans un tract, la CFDT déplore que la restructuration ait été annoncée alors que la stratégie qui doit l'accompagner ne sera pas détaillée avant janvier 2021. "Faire une telle annonce en pleine crise sanitaire relève pour le moins de l'opportunisme au plus de la provocation", a estimé le syndicat. "Sur la forme, toujours, comment oser annoncer un tel plan alors que la stratégie de l'entreprise reste basée sur des hypothèses qui évoluent tous les jours."

L'expertise préparée par le cabinet Secafi pour le CCSE a conclu que des bouleversements sont nécessaires dans l'organisation et la stratégie de Renault, mais le rapport que Reuters a pu consulter souligne que, "dans la mise en oeuvre du projet, sur le terrain, un grand nombre de tensions et de difficultés peuvent surgir."

"En conséquence, il nous paraît essentiel de mettre en place, entre les partenaires sociaux, un dispositif d'alerte précoce basé sur des enquêtes terrain en boucles courtes", a conclu le cabinet.

A moins que l'opposition des syndicats n'augure des conflits à venir dans certaines catégories de salariés ou sur certains sites, un avis négatif n'est toutefois pas de nature à faire dérailler le processus.

En décembre 2012, le plan d'économies de PSA - 8.000 suppressions d'emplois et la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) - avait lui aussi été rejeté par les syndicats. En revanche, pour les accords de compétitivité qui ont suivi les années suivantes au fil des différents plans stratégiques du constructeur, la direction a toujours veillé à obtenir l'aval d'une majorité des syndicats.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jean-648
    29 septembre11:02

    Carlos avait un objectif celui d'être le premier constructeur mondial. Le problème c'est que Renault n'arrivait plus à vendre ses voitures. Elles étaient bradées, voire même vendues à perte aux Etats-Unis (Nissan). Vendre à perte, on ne peut pas gagner de l'argent comme cela.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer