Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La justice sanctionne le rapatriement d'un fonctionnaire fiché S
Reuters08/10/2019 à 19:12

LA JUSTICE SANCTIONNE LE RAPATRIEMENT D'UN FONCTIONNAIRE FICHÉ S

LA JUSTICE SANCTIONNE LE RAPATRIEMENT D'UN FONCTIONNAIRE FICHÉ S

NANTES (Reuters) - La cour administrative d'appel de Nantes a donné raison à un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères qui contestait son rapatriement en urgence de l'ambassade de France aux Etats-Unis, juste après les attentats de novembre 2015, après que sa hiérarchie eut appris qu'il était "fiché S".

Ce gestionnaire comptable et administratif d'origine turque, arrivé deux mois plus tôt aux Etats-Unis, estimait que cette décision "discriminatoire" était entachée d'un "détournement de procédure" et d'une "erreur manifeste d'appréciation".

Le ministre des Affaires étrangères "s'est fondé sur la circonstance qu'il avait été informé, dès le lendemain des attentats du 13 novembre 2015, que l'intéressé avait fait l'objet de la part (...) du ministère de l'Intérieur d'une 'fiche S', sans toutefois produire la fiche en question ou révéler les motifs pour lesquels [le requérant] faisait l'objet d'une telle inscription", fait observer la cour dans un arrêt rendu le 1er octobre et dont Reuters a eu connaissance mardi.

"En se limitant à faire valoir le contexte particulier qui a suivi les attentats (...), alors que l'inscription d'une personne dans le fichier des personnes recherchées (...) ne saurait, par elle-même, suffire à fonder ce type de décision, le ministre (...) n'établit pas, qu'à la date de la décision (...), l'intérêt du service justifiait le rappel en urgence" du requérant, conclut-elle.

Le fichage "S" répertorie les personnes potentiellement menaçantes pour la "sûreté de l'Etat".

(Guillaume Frouin, édité par Sophie Louet)

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rodde12
    09 octobre11:27

    Choc des principes. La justice à toujours soutenu l'hypocrisie qui est un hommage rendu par le vice à la vertu. Le ministère aurait du indiquer ses motifs et surtout ne pas embaucher un étranger sans lui faire préter serment de respecter les lois de la république.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer