Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

La COP28 échoue à réguler le Far West des crédits carbone
information fournie par Boursorama avec Media Services 14/12/2023 à 11:41

Les négociations qui visaient à figer de nouvelles règles sur les marchés carbone ont échoué: leur adoption est reportée à l'année prochaine.

( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

( AFP / PHILIPPE HUGUEN )

Malgré des négociations "sans relâche", la COP28 a échoué à fixer des règles à la vente de crédits carbone. Une semi victoire pour les ONG, qui dénonçaient les propositions formulées à Dubaï mais craignent que le vide réglementaire n'accentue le greenwashing.

Grande victoire suivie d'une petite défaite: peu après avoir annoncé un compromis historique sur les énergies fossiles, le président de la COP28, Sultan Al Jaber, a acté mercredi l'échec des négociations sur les crédits carbone, renvoyant les conseillers techniques spécialisés au travail, pour qu'ils présentent un nouveau texte à la COP29, l'an prochain en Azerbaïdjan.

Un crédit équivaut normalement à une tonne de CO2 absorbée grâce à un projet visant par exemple à éviter la déforestation ou permettant d'installer des énergies renouvelables ou des machines de captage du carbone.

Ces outils très contestés auraient dû être mieux encadrés à l'issue de négociations à Dubaï sur la mise en oeuvre de l'article 6 de l'accord de Paris (2015).

Échec sur la coopération

L'alinéa 6.2 doit permettre à un pays bon élève, s'il dépasse ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de vendre son surplus de réduction à un autre.

Restait à définir les modalités de cette "coopération". Certains pays, inquiets de voir des producteurs d'hydrocarbures l'utiliser pour compenser leurs émissions plutôt que de les réduire, exigeaient une transparence maximum.

La proposition de texte de la présidence avait toutefois "éliminé le minimum syndical en matière de transparence et toute chance d'intégrité environnementale"; l'échec sur ce point est donc "un soulagement", affirme le réseau d'ONG Clara (Climate Land Ambition and Rights Alliance, qui rassemble notamment Actionaid, Caritas, Oxfam, Greenpeace).

Mais cet échec "ne devrait pas être célébré", souligne Jonathan Crook, expert de Carbon Market Watch, "puisque pays et entreprises concluent de plus en plus d'accords bilatéraux, toujours sans cadre".

L'association mondiale des marchés d'émissions (IETA, dont sont membres de grandes multinationales comme BP ou TotalEnergies) a elle "regretté le manque de consensus" mais affirmé que les accords bilatéraux n'avaient pas besoin de "plus de règles" de la COP.

Une dizaine de pays (Suisse, Corée du Sud, Japon et Singapour en tête) ont déjà signé pour acheter les efforts réalisés dans des nations principalement situées en Afrique et en Amérique du Sud. L'Arabie saoudite et l'Irak ont récemment annoncé la création d'entités de supervision nationales.

L'entreprise émiratie Blue Carbon, présidée par un membre secondaire de la famille dirigeante de Dubaï, avait demandé "de la clarté" sur l'article 6. Cela ne l'a pas empêché de signer avec plusieurs pays pendant la COP28 de nouveaux accords préalables... "conformes", selon elle, à l'article 6.

Échec sur l'encadrement du marché

L'alinéa 6.4 prévoit que les Etats, mais aussi par extension les entreprises et même les individus, puissent acheter des crédits carbone grâce à des projets ayant obtenu le tampon d'un organe de supervision onusien.

Ce nouveau mécanisme devait rendre leur crédibilité aux crédits carbone en circulation. En effet leur prix s'est effondré à la suite d'enquêtes ayant montré que les réductions d'émissions promises par ces projets étaient largement surestimées, voire nulles.

Les négociations devaient notamment encadrer l'éligibilité des crédits carbone les plus critiqués: ceux liés aux projets visant à planter des arbres ou éviter la déforestation.

De nombreux pays en développement ayant des forêts tropicales comptent être rémunérés via ces crédits pour financer leur transition.

Mais les négociateurs se sont finalement opposés à des règles selon eux trop floues.

"Cela devrait être un avertissement sérieux aux acheteurs de crédits bon marché permettant du greenwashing et vendus par des traders qui se sont enflammés pour cette conquête de terres" d'un nouveau genre, a déclaré Jannes Stoppel, de Greenpeace.

L'IETA a de son côté regretté la "politisation" des négociations.

Petite victoire

Seul texte relatif à l'article 6 adopté mercredi: une feuille de route pour la mise en place de l'alinéa 6.8, qui prévoit une coopération "non fondée sur le marché", fondée notamment sur le financement de projets dans des pays en développement et le transfert de technologies pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

De nombreuses annonces, bilatérales ou multilatérales, ont été faites en ce sens à la COP28 mais reste à voir lesquelles seront intégrées à la plateforme qui sera créée en 2024 pour les recenser.

Cette petite victoire "renforce l'idée selon laquelle une approche non fondée sur le marché (...) est la vraie alternative", a déclaré Souparna Lahiri, de l'ONG Global Forest Coalition.

3 commentaires

  • 14 décembre 12:54

    Greenpeace ,les désavoués du nucléaire ont trouvé un nouvel os à ronger


Signaler le commentaire

Fermer