Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Grande-Bretagne: La ministre des Affaires étrangères réclame un changement de culture à Downing Street
information fournie par Reuters26/01/2022 à 10:12

GRANDE-BRETAGNE: LA MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES RÉCLAME UN CHANGEMENT DE CULTURE À DOWNING STREET

GRANDE-BRETAGNE: LA MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES RÉCLAME UN CHANGEMENT DE CULTURE À DOWNING STREET

par Guy Faulconbridge et Alistair Smout

LONDRES (Reuters) - Boris Johnson doit changer la culture qui règne au 10, Downing Street, a estimé mercredi sa ministre des Affaires étrangères, Liz Truss, au lendemain de l'annonce par la police de l'ouverture d'une enquête sur les fêtes qui se sont tenues dans sa résidence officielle alors que la population était astreinte à des mesures de confinement.

Les services du Premier ministre britannique se sont efforcés mardi de minimiser une nouvelle information embarrassante émanant d'ITV : l'organisation d'une fête d'anniversaire en son honneur en juin 2020, qui s'ajoute à une série de fuites désastreuses sur la tenue de plusieurs autres événements, alors que les rassemblements étaient strictement interdits.

Le rapport d'une enquête interne menée par Sue Gray, haute fonctionnaire au Cabinet Office, est attendu cette semaine mais sa publication pourrait être retardée par l'enquête de police.

Liz Truss, présentée comme une possible remplaçante de Boris Johnson à la tête du gouvernement britannique s'il venait à en être évincé, a déclaré à la BBC qu'elle n'avait pas encore connaissance des conclusions du rapport Gray et que ce dernier serait rendu public sous peu.

"Clairement, il faut changer la culture", a dit la secrétaire au Foreign Office. "Il faudra se pencher sur les conclusions de ce rapport et régler ce qui doit l'être", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur ses ambitions personnelles, Liz Truss a réaffirmé son soutien "à 100%" à Boris Johnson dont elle a salué l'attitude tout au long de la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne et pendant la crise sanitaire.

Depuis plusieurs semaines, les articles de la presse détaillant les nombreuses entorses au confinement à Downing Street en 2020 et 2021 pèsent sur la cote de popularité du chef du gouvernement.

Boris Johnson s'est défendu publiquement à plusieurs reprises en estimant ne pas avoir enfreint de règles tout en présentant ses excuses au peuple britannique.

Sa survie à la tête du gouvernement serait menacée si 54 des 360 conservateurs qui siègent à la Chambre des communes prenaient l'initiative d'écrire chacun une lettre de défiance au président du "comité 1922", un groupe de parlementaires tories.

Ce seuil n'a pas encore été franchi, plusieurs élus conservateurs disant vouloir attendre les résultats de l'enquête interne.

(Avec Guy Faulconbridge and Alistair Smout; version française Nicolas Delame, édité par Jean-Stéphane Brosse)

2 commentaires

  • 26 janvier11:08

    Ilaurait dû aller fêter son anniversaire à Ibiza!