Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France: Rejet du pourvoi contre la relaxe du cardinal Barbarin
Reuters14/04/2021 à 15:03

FRANCE: REJET DU POURVOI CONTRE LA RELAXE DU CARDINAL BARBARIN

FRANCE: REJET DU POURVOI CONTRE LA RELAXE DU CARDINAL BARBARIN

PARIS (Reuters) - La Cour de cassation a rejeté mercredi le pourvoi formé par les parties civiles concernant la relaxe en appel du cardinal Philippe Barbarin, qui a été mêlé à un scandale de pédophilie dans l'Eglise.

L'ex-archevêque de Lyon, accusé d'avoir gardé le silence sur les agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts par un prêtre du diocèse, le père Bernard Preynat, entre les années 1980 et 1990, avait été relaxé en appel fin janvier 2020 du chef de "non dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans".

Il avait été condamné en première instance à six mois de prison avec sursis, en mars 2019.

La cour d'appel avait motivé sa relaxe en considérant que le cardinal Barbarin n'était pas tenu de dénoncer ces faits d'une part parce que les victimes, alors adultes, étaient en mesure de porter plainte lorsqu'il a eu connaissance des faits et d'autre part en raison de la prescription des agressions, rappelle la Cour de cassation dans son communiqué.

Dans son arrêt, la Cour de cassation précise que l'obligation de dénonciation n'est pas levée par la prescription des faits mais qu'elle cesse si les victimes sont en état de les dénoncer.

"Par conséquent, dans cette affaire, la cour d'appel a pu retenir que l'évêque n'était pas tenu de dénoncer les agressions (portées à sa connaissance en 2014 et 2015), car (...) les victimes, âgées de 34 à 36 ans, insérées au plan familial, social et professionnel, sans maladie ou déficience, étaient en mesure de porter plainte. Ce seul motif suffit à justifier la relaxe de l'évêque", explique la Cour de cassation.

(Myriam Rivet, édité par Jean-Michel Bélot)

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • janaliz
    14 avril16:04

    La meute qui s'agite envers lui s'agite-t-elle aussi lorsque des enseignants sont "protégés" par les hiérarchies. Ne me dites pas que ça n'existe pas... je me gausserai...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer