Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Du mieux en Allemagne, ralentissement marqué en France
information fournie par Reuters24/01/2022 à 10:00

DU MIEUX EN ALLEMAGNE, RALENTISSEMENT MARQUÉ EN FRANCE

DU MIEUX EN ALLEMAGNE, RALENTISSEMENT MARQUÉ EN FRANCE

(Reuters) - Principaux résultats provisoires des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat en Europe, publiés lundi:

* ALLEMAGNE - LES GOULETS D'ÉTRANGLEMENT SE RÉSORBENT

BERLIN - La résorption partielle des goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement a permis au secteur industriel allemand d'enregistrer en janvier sa croissance la plus soutenue en cinq mois, montre l'enquête d'IHS Markit.

L'indice PMI manufacturier a atteint 60,5 après 57,4 en décembre. Dans les services, il a rebondi à 52,2 après 48,7 en décembre, un chiffre qui traduisait une contraction de l'activité, alors que le consensus Reuters le donnait en baisse à 48,0.

Le PMI composite, qui combine les résultats pour les deux secteurs, remonte ainsi à 54,3 après 49,9.

"Ces données marquent un début d'année positif et vont dans le sens d'un apaisement des craintes sur l'impact d'Omicron dans l'économie allemande au premier trimestre", commente Phil Smith, économiste et directeur associé d'IHS Markit.

* FRANCE - UN COUP DE FREIN PLUS MARQUÉ QU'ATTENDU

PARIS - La croissance du secteur privé français a ralenti plus qu'anticipé en janvier, l'épidémie de COVID-19 et les tensions inflationnistes pesant sur l'activité, montrent les premiers résultats de l'enquête d'IHS Markit.

L'indice PMI flash pour le secteur des services a ainsi reculé à 53,1 après 57,0 en décembre alors que le consensus Reuters le donnait à 55,3.

Celui du secteur manufacturier a très légèrement baissé, à 55,5 après 55,6 le mois dernier.

Le PMI flash composite revient à 52,7 après 55,8 alors qu'il était attendu à 54,5.

Ce repli reflète l'impact de la cinquième vague de l'épidémie de COVID-19 et celui de la hausse des prix de l'énergie, explique IHS Markit.

"Les problèmes d'approvisionnement ont encore un impact sur l'économie, notamment les industriels, mais il semble que le pire soit passé, les délais de livraison ayant beaucoup moins augmenté que durant la majeure partie de 2021", explique Joe Hayes, économiste senior d'IHS Markit.

(Bureaux de Reuters, version française Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

1 commentaire

  • 24 janvier11:34

    mais on impossible! nous sommes les meilleurs en Europe! Plus fort que l'Allemagne! Un service, on s'en sert quand on a les moyens de le payer! Alors avec la hausse des prix bien supérieure à celle annoncée et la hausse peau de chagrin des saliares, plus le vol des comptes épargne avec 1% d'intéret.....