Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

COP28: 63 pays s'engagent à limiter leurs émissions du secteur du refroidissement
information fournie par Reuters05/12/2023 à 18:18

Session sur la réduction des émissions du secteur du refroidissement lors de la COP28 à Dubai

Session sur la réduction des émissions du secteur du refroidissement lors de la COP28 à Dubai

par Gloria Dickie

Les États-Unis, le Canada et le Kenya font partie des 63 pays à s'être engagés mardi à réduire considérablement leurs émissions liées aux technologies de refroidissement lors du sommet des Nations Unies sur le climat à Dubaï.

Le Global Cooling Pledge marque la première action collective au monde sur les émissions liées au réchauffement climatique dues au refroidissement, qui comprend la réfrigération des aliments et des médicaments ainsi que la climatisation.

Il engage les pays à réduire d’ici 2050 leurs émissions liées au refroidissement d’au moins 68% par rapport aux niveaux de 2022. Le plan énumère également une série d’autres objectifs, dont l’établissement de normes minimales de performance énergétique d’ici 2030.

"Nous voulons tracer une voie pour réduire les émissions liées au refroidissement dans tous les secteurs, (tout en augmentant) l'accès à un refroidissement durable", a déclaré l'envoyé américain pour le climat, John Kerry, durant la COP28.

Quelque 1,2 milliard de personnes ayant besoin de technologie de refroidissement n’y ont toujours pas accès. La capacité installée devrait tripler d’ici le milieu du siècle, sous l’effet de la hausse des températures, de la croissance démographique et de l’augmentation des revenus.

"Imaginez un bidonville, un établissement informel, des logements en tôle ondulée et sur le côté un climatiseur", a déclaré la maire de Freetown, Yvonne Aki-Sawyerr, capitale de la Sierra Leone, lors d'une conférence de presse de la COP28.

"L'aspiration de chacun, à mesure que les températures augmentent et que les revenus augmentent, est que leur richesse se mesure à leur (capacité de) refroidissement."

Mais tous ces climatiseurs supplémentaires contribuent à la crise climatique, avec des émissions de refroidissement qui pourraient atteindre entre 4,4 et 6,1 milliards de tonnes d'équivalent dioxyde de carbone d'ici 2050, selon un rapport d'une coalition du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), qui a également développé cet engagement aux côtés de la présidence de la COP28 des Émirats arabes unis.

"Les gens achèteront un climatiseur très bon marché produit quelque part en Asie pour 100 dollars et le brancheront", a déclaré Jürgen Fischer, président des solutions climatiques de la multinationale danoise Danfoss, spécialisée dans le chauffage et le refroidissement. "Cela chargera beaucoup le système énergétique et il y aura un effondrement."

"Je ne pense pas que ce soit une bonne idée d'autoriser ces plug-ins individuels", a-t-il déclaré.

Le soutien des États-Unis suggère qu'il pourrait y avoir davantage de projets de réglementations ou d'incitations pour l'industrie aux États-Unis.

L'Inde, qui devrait connaître la plus forte croissance de la demande de refroidissement au cours des prochaines décennies, n'avait pas adhéré à l'engagement mardi matin.

Des responsables du gouvernement indien ont déclaré plus tôt à Reuters qu'ils n'étaient pas disposés à atteindre des objectifs supérieurs à ceux fixés en 1992 dans le cadre du Protocole multilatéral de Montréal sur la préservation de la couche d'ozone.

Selon le rapport du PNUE, près des trois quarts du potentiel de réduction des émissions liées au refroidissement d'ici le milieu du siècle se trouvent dans les pays du G20.

"Les pays qui s'inscrivent (...) prennent désormais réellement des mesures et travaillent avec l'industrie afin de déployer des solutions durables", a déclaré Jürgen Fischer.

Les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de l’engagement en matière de refroidissement seront suivis sur une base annuelle jusqu’en 2030, avec des contrôles lors des sommets annuels des Nations Unies sur le climat.

(Reportage Gloria Dickie; avec la contribution de Sarita Chaganti Singh ; version française Gaëlle Sheehan, édité par Zhifan Liu)

9 commentaires

  • 06 décembre00:37

    Comme le modélisent les scientifiques pour le Giec et autres, face au réchauffement avéré les énergies renouvelables et le stockage sont les meilleures solutions, les plus rapides à déployer, les moins chères, les plus sûres et les plus durables


Signaler le commentaire

Fermer