Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Comment compléter le plan de relance au bénéfice des PME et ETI ?»
Le Cercle des économistes28/10/2020 à 09:00

Christian Saint-Etienne
Christian Saint-Etienne

Christian Saint-Etienne

Conservatoire national des arts et métiers

professeur d'économie

https://lecercledeseconomistes.fr/

Il faut comprendre un point clé concernant cette crise. La baisse de la production économique n'affecte pas tous les secteurs de la même façon. Dans ce contexte, des mesures uniformes n'ont pas de sens. (Crédits photo : Adobe Stock)

Il faut comprendre un point clé concernant cette crise. La baisse de la production économique n'affecte pas tous les secteurs de la même façon. Dans ce contexte, des mesures uniformes n'ont pas de sens. (Crédits photo : Adobe Stock)

Le renforcement des mesures sanitaires et l'annonce de la mise en place du couvre-feu fragilisent les acteurs économiques déjà en difficultés. Christian Saint-Etienne propose une série de mesures pour ajuster le plan de relance et améliorer son efficacité.

Il faut comprendre un point clé concernant cette crise. La baisse de la production économique n'affecte pas tous les secteurs de la même façon : tout le monde ne baisse pas de 11%. En équivalent PIB, 20% de l'économie va croître de plus de 10%, environ 60% de l'économie va chuter d'un dixième et 20% de l'économie va être massivement restructurée ou disparaître. Des mesures uniformes, dans ce contexte, n'ont pas de sens.

Le plan de relance, à juste titre, veut favoriser la transition énergétique pour 30 milliards d'euros, les relocalisations industrielles pour 35 milliards d'euros et la cohésion sociale et territoriale pour 35 milliards d'euros. Ce plan structurel en trois volets est plutôt bien conçu mais il manque un quatrième volet qui accélère l'essor des entreprises en plein développement, préserve l'investissement des 60% de l'économie productive qui se rétracte comme le PIB, et contribue à une restructuration rapide des 20% de l'économie en perdition.

Ce volet est constitué de trois éléments : 1/ un apport en fonds propres de 70 milliards d'euros aux entreprises du secteur marchand, 2/ une mesure autorisant l'amortissement fiscal en deux ans de tous les investissements en machines et équipements, notamment les robots et le numérique, à condition d'être commandés avant le 30 juin 2021 (commande finalisée) et installés et opérationnels avant le 30 juin 2022, 3/ une distribution de bons d'achat à hauteur de 5 milliards d'euros aux familles à faible revenu.
 
En ce qui concerne le premier élément, l'Etat apporte 20 milliards d'euros et les compagnies d'assurance, les banques et les fonds d'investissement 50 milliards d'euros avant le 30 juin 2022 à des entreprises solvables sous forme de fonds propres et quasi-fonds propres (la moitié des 70 milliards doit être engagée avant le 30 juin 2021). L'apport de l'Etat couvre 80% des pertes des apports qui peuvent varier de 50 000 euros à 500 millions d'euros selon la nature de l'entreprise et de ses projets. 

L'Etat reçoit 40% des gains générés par portefeuille d'investissements défini comme l'ensemble des investissements réalisés avec un acteur donné (banque, fond d'investissement, compagnie d'assurance) jusqu'à concurrence des pertes encourues par l'Etat sur chaque portefeuille ; au-delà, les gains sont partagés au prorata des apports. Il s'agit ainsi d'intéresser la puissance publique aux gains de cette politique. La quote-part de l'Etat de 20 milliards d'euros se traduit par un apport de 5 milliards d'euros de l'Etat à la BPI qui administre le programme avec ses équipes et celles des banques, fonds d'investissement et compagnies d'assurance. 

Les 15 autres milliards sont prélevés sur les fonds du Livret A (soit moins de 5% de ces fonds) avec une garantie de l'Etat. C'est le meilleur usage social que l'on puisse faire du Livret A car ce plan d'investissements en fonds propres permettrait de consolider et créer beaucoup d'emplois, d'augmenter le taux de croissance du PIB, de multiplier le nombre de grosses PME et ETI, et de réduire à terme le déficit extérieur. Pour chaque euro en fonds propres, l'entreprise peut emprunter 0,5 euro à moyen terme, ce qui permet de réaliser plus de 100 milliards d'euros d'investissements en machines et outillage, robots et systèmes numériques avant le 30 juin 2023.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • faites_c
    28 octobre09:30

    Le plan de relance est mort né et nous sommes partis pour une récession d'un vingtaine d'années puisque la santé est plus importante aux yeux de notre gouvernement que l'économie! Donc nous allons droit vers le franchissement de la barre des 10 millions de chômeurs (en espérant que l'on atteigne pas les 15 millions) et tout cela pour "économiser" une trentaine de milliers de décès de personnes atteintes d'autre co-morbidités (dont je fais partie) et qui coûtent un max à la société!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer