Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Capitalisme et cupidité, terreau du succès de la campagne britannique de vaccination, selon Johnson
information fournie par Reuters24/03/2021 à 10:29

CAPITALISME ET CUPIDITÉ, TERREAU DU SUCCÈS DE LA CAMPAGNE BRITANNIQUE DE VACCINATION, SELON JOHNSON

CAPITALISME ET CUPIDITÉ, TERREAU DU SUCCÈS DE LA CAMPAGNE BRITANNIQUE DE VACCINATION, SELON JOHNSON

LONDRES (Reuters) - Le capitalisme et la cupidité ont permis à la Grande-Bretagne de réussir sa campagne de vaccination contre le COVID-19, a déclaré mardi soir le Premier ministre Boris Johnson à des parlementaires lors d'une réunion à huis clos, selon des déclarations rapportées par The Sun.

Ces propos ont été tenus lors d'une visioconférence et pourraient alimenter encore les tensions entre Londres et ses anciens partenaires européens qui songent à interdire les exportations de vaccins vers la Grande-Bretagne.

"Mes amis, si nous avons réussi avec les vaccins, c'est grâce au capitalisme, grâce à la cupidité", a dit Boris Johnson, cité par The Sun, à des députés conservateurs.

Selon le journal populaire, il a ensuite dit regretter ces propos et a prié son auditoire de les oublier.

Une source du Sun a déclaré qu'il n'évoquait pas là le contentieux qui l'oppose à Bruxelles. Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès des services du chef du gouvernement britannique.

Interrogée, sa ministre de l'Intérieur Priti Patel a dit ne pas avoir assisté à cette réunion.

Ces déclarations interviennent alors que la Grande-Bretagne, pays européens à avoir le plus administré de premières doses de vaccins avec 28 millions de primo-injections, commence à assouplir progressivement les restrictions instaurées pour endiguer la propagation du coronavirus.

Elles coïncident également avec les menaces de la Commission européenne de bloquer les exportations de vaccins produits sur son sol par AstraZeneca qu'elle accuse de ne pas honorer ses engagements.

(Costas Pitas et Guy Faulconbridge,; version française Nicolas Delame)

7 commentaires

  • 24 mars13:04

    oui Castor certains aimeraient que les vaccins deviennent des biens publics. Ceci étant dit, on constate que les labos ont sous la main une cohorte GRATUITE de quelques milliards d'individus pour continuer à tester leurs vaccins tout en leur faisant payer ces dits vaccins au prix fort. Un peu limite quand même, non ?