Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Biden n'exclut pas d'ajuster l'Inflation Reduction Act
information fournie par Reuters01/12/2022 à 23:30

Le président français Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse conjointe avec le président américain Joe Biden à la Maison Blanche

Le président français Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse conjointe avec le président américain Joe Biden à la Maison Blanche

par Michel Rose, Jeff Mason et Jarrett Renshaw

WASHINGTON (Reuters) - Joe Biden a assuré jeudi, à l'issue d'un entretien à la Maison blanche avec Emmanuel Macron, que les lois encourageant par de fortes subventions la production aux Etats-Unis de semi-conducteurs ou d'énergies renouvelables n'avaient pas pour but de nuire aux Européens et pourraient être modifiées afin qu'ils puissent prendre leur part.

"Il y a des ajustements que nous pouvons faire", a déclaré le président américain, sans détailler quels pourraient être ces changements, alors que les options législatives sont limitées. Il n'y a guère d'appétit au Congrès pour rouvrir une législation adoptée cet été après d'âpres débats, d'autant que les républicains ont regagné une majorité à la Chambre.

Selon une source gouvernementale française, Paris presse la Maison blanche de recourir à ses pouvoirs exécutifs pour assouplir certaines dispositions de l'Inflation Reduction Act, un plan de 430 milliards de dollars visant à soutenir des projets dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique, avec notamment des crédits d'impôt et des subventions pour accompagner la transition énergétique des entreprises.

"Quel serait le mécanisme exact, par la voie exécutive via la réglementation, ou par la manière dont l'IRA sera mis en oeuvre ? Est-ce qu'il faudra une action législative ? Ce n'est pas tout à fait clair pour moi", a déclaré le sénateur démocrate Chris Coons à Reuters jeudi. "Il y a plusieurs options dont je discute avec mes collègues mais ce n'est pas quelque chose que nous allons faire cette semaine", a-t-il ajouté.

Les Européens redoutent que l'IRA n'attire grâce à ses crédits d'impôts octroyés pour la fabrication aux Etats-Unis de biens destinés aux énergies renouvelables de nombreux investissements étrangers, à leur détriment.

GROUPE DE TRAVAIL

A l'issue de leur entretien, Joe Biden et Emmanuel Macron ont déclaré dans une déclaration commune "attendre avec intérêt les résultats du groupe de travail États-Unis-Union européenne relatif au Inflation Reduction Act en vue de renforcer encore le partenariat entre les États-Unis et l’UE concernant l’énergie propre et le climat par des mesures mutuellement bénéfiques".

Lors de sa conférence de presse conjointe avec Emmanuel Macron, Joe Biden a déclaré qu'il ne s'excusait pas de promouvoir la fabrication de biens essentiels aux Etats-Unis.

"Nous allons continuer à créer des emplois industriels en Amérique, mais pas au détriment de l'Europe", a-t-il cependant assuré. "Nous avons le même objectif : investir massivement."

Emmanuel Macron, qui effectue sa deuxième visite d'Etat aux Etats-Unis depuis 2017, a estimé avoir eu une "très bonne discussion" avec son homologue sur l'IRA et assuré que l'entretien avait permis de clarifier les positions.

"Nous avons décidé que nous allions synchroniser nos approches et nos agendas pour investir dans les industries émergentes critiques telles que les semi-conducteurs, l'hydrogène, les batteries (...) parce qu'au fond nous partageons la même vision et la même volonté", a-t-il précisé.

"Le président Biden veut créer des emplois industriels dans la durée pour son pays et bâtir une industrie forte et sécuriser les approvisionnements et c'est exactement une vision que nous portons", a-t-il expliqué. "C'est pourquoi nous avons donné mandat à nos équipes de poursuivre ce travail en coordination étroite pour pouvoir trouver des solutions" sur ces sujets.

"Je repars confiant mais aussi lucide sur ce qui est aussi à faire du côté européen", a ajouté Emmanuel Macron, estimant que l'Europe doit "aller plus vite et plus fort" dans son ambition industrielle.

Joe Biden a également promulgué en août dernier une loi prévoyant le déblocage de 52,7 milliards de dollars de subventions pour la production et la recherche & développement dans le secteur des semi-conducteurs.

(Version française Jean-Stéphane Brosse)

0 commentaire