Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Assemblée nationale : la gauche "respectabilise" le RN, dénonce Aurore Bergé
information fournie par Boursorama avec Media Services22/07/2022 à 16:39

Renaissance et NUPES se déchirent à la suite du projet de loi d'urgence en faveur du pouvoir d'achat.

Aurore Bergé à l'Assemblée le 11 juillet 2022. ( AFP / Alain JOCARD )

Aurore Bergé à l'Assemblée le 11 juillet 2022. ( AFP / Alain JOCARD )

La présidente des députés Renaissance (ex-LREM) Aurore Bergé a reproché vendredi 22 juillet à la gauche son "sectarisme" à l'Assemblée nationale qui, selon elle, "sert sur un plateau" la stratégie de "respectabilité" du Rassemblement national, qui a voté le projet de loi "d'urgence" en faveur du pouvoir d'achat.

La députée des Yvelines a relevé sur France 2 un " contraste extrêmement saisissant quand on siège au sein de l'Assemblée nationale " entre "la Nupes, l'alliance de la gauche et notamment la France insoumise" et "le Rassemblement national".

"Il y a ceux qui sont dans une logique en permanence d'obstruction, de sectarisme, violente aussi dans leurs expressions, e t il y a ceux qui cherchent à acquérir une nouvelle respectabilité , une notabilisation", a-t-elle estimé.

La gauche "sert sur un plateau la respectabilité" au RN

"Le problème, c'est que la gauche, elle sert sur un plateau la respectabilité du Rassemblement national parce que plus elle est vindicative, plus elle est sectaire, plus elle est violente, plus le RN, on a l'impression qu'ils deviennent fréquentables et respectables", a accusé Mme Bergé.

"Notre responsabilité, c'est d'aller les confronter, sur le fond des sujets, sur les valeurs, la première proposition de loi que j'ai déposée, c'est sur le fait de constitutionnaliser l'IVG et là-dessus je crois qu'on verra très clairement les lignes de fracture avec le Rassemblement national", a-t-elle assuré.

En revanche, "si la question implicite qui est posée par la gauche, c'est de dire qu'on devrait retirer un projet de loi de la discussion parce qu'il pourrait être adopté par les voix d'autres députés, ces députés ont été élus, ils ont été élus par les Français", a-t-elle répondu à propos du vote des députés RN en faveur du projet de loi.

Après quatre jours de discussions et au bout d'une nuit entière de débats houleux, le premier grand texte de la législature a été voté peu avant 6 heures vendredi par 341 voix pour, 116 contre et 21 abstentions.

Il a été adopté avec l'apport des voix de députés de LR et du RN qui ont salué certaines mesures allant "dans le bon sens", tandis que la gauche a dénoncé un texte s'apparentant à une "déclaration de guerre aux salaires".

Les députés socialistes se sont majoritairement abstenus, les autres groupes de gauche votant contre.

56 commentaires

  • 23 juillet09:07

    Pour mémoire: derrière le le pen, F.N. c'etait mitterand le second personnage qui avait son bureau à Vichy . Extrème dr-rr-rr-ou-ou-aa-aa-te .