Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

"Arrêtons la course à la baisse d'impôts" : le gouverneur de la Banque de France prend position pour la fiscalité
information fournie par Boursorama avec Media Services 09/02/2023 à 09:01

François Villeroy de Galhau a défendu le "modèle social européen" et le rôle de l'outil fiscal, qui a "beaucoup à dire au reste du monde", se disant au passage favorable à une taxe sur les superprofits.

François Villeroy de Galhau, le 15 novembre 2022, à Tokyo ( AFP / Kazuhiro NOGI )

François Villeroy de Galhau, le 15 novembre 2022, à Tokyo ( AFP / Kazuhiro NOGI )

"Je ne fais pas du tout partie de ceux qui disent 'Un bon impôt est un impôt supprimé'". A l'occasion d'un entretien sur les plateau des Quatre Vérités de France jeudi 9 février, le gouverneur de la Banque de France a livré une déclaration inhabituelle dans le cadre de ses interventions médiatiques, assumant d'aller "un peu au-delà de sa condition de banquier central" et défendant le recours à la fiscalité.

"Arrêtons la course à la baisse d'impôts dans ce pays, surtout avec les déficits que nous avons", a lancé François Villeroy de Galhau, sur France 2.

Solidarité, équité, fiscalité

"Je crois beaucoup au modèle social européen. L'Europe a quelque chose à dire au reste du monde, avec son modèle social et environnemental. Là dedans, il y a la solidarité et l'équité, la fiscalité doit aussi traduire ça", estime le gouverneur de l'institution. "Je fais pas du tout partie de ceux qui disent "Un bon impôt est un impôt supprimé. L'impôt, ça fait partie du financement des services publics et de la solidarité" , rappelle t-il.

Graphique montrant l'évolution de l'indice des prix à la consommation en zone euro depuis 1997 ( AFP /  )

Graphique montrant l'évolution de l'indice des prix à la consommation en zone euro depuis 1997 ( AFP / )

Mardi, le gouverneur de la Banque de France avait fait un point sur le pic d'inflation en zone euro, qui serait "très probablement" atteint d'ici juin. "L'inflation culminera très probablement, sauf nouvelles surprises, au cours du premier semestre de cette année", a entrevu François Villeroy de Galhau qui participait par visioconférence à un colloque organisé par l'hebdomadaire allemand Die Zeit .

Valeurs associées

Euronext Paris -0.35%
NYSE +0.71%
NYSE -0.16%

16 commentaires

  • 09 février 20:01

    Vraiment, n'importe qui dit n'importe quoi dans ce pays. La France est déjà le pays à la fiscalité la plus lourde, alors, c'est probablement du côté des dépenses qu'il faut tailler. Personnellement une réduction de 50% du budget de la culture me dérangerai pas !!


Signaler le commentaire

Fermer