Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

2020, l'année noire des compagnies pétrolières
Le Point29/12/2020 à 15:40

La chute d'un géant. Fondée en 1870 par John D. Rockefeller sous le nom initial de Standard Oil, ExxonMobil n'en finit plus de dégringoler. La major américaine, qui figurait en tête des valeurs boursières en 1975 derrière IBM, vient d'être éjectée du Dow Jones, l'indice boursier new-yorkais. Dix ans plus tôt, la société affichait un record mondial de capitalisation, avec plus de 45 milliards de dollars ; elle a perdu 40 % de sa valeur boursière lors de la seule année 2020. Pour limiter les dégâts, ExxonMobil a passé une dépréciation record d'environ 20 milliards de dollars en fin d'année. En Bourse, sa valeur vaut moins d'un dixième de celle d'Apple, et le prix de son action est désormais inférieur à celui de Tesla.

ExxonMobil est sans doute l'exemple le plus frappant de la chute des majors du pétrole, entraînant celle des sociétés parapétrolières. Depuis 2014, le cours du brut a été divisé par plus de deux. Après un plus bas à moins de 20 dollars fin avril 2020, le baril de Brent a péniblement relevé la tête et cote, aujourd'hui, quelque 50 dollars. La pandémie due au Covid-19 a marqué une sorte de coup de grâce. Depuis, toutes les majors serrent les vis. Elles dévaluent la valeur de leurs installations pétrolières, parce que leur rentabilité baisse et que l'avenir est sombre. Le monde passe doucement à l'après-pétrole. Le gaz naturel a sans doute encore quelques beaux jours devant lui, parce qu'il pollue

... Lire la suite sur LePoint.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aiki41
    29 décembre16:26

    Tout se casse la figure sauf les prix à la pompe..........y a comme qui dirait un hic !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer