Guide des introductions en bourse, IPO

Vous souhaitez souscrire à une introduction en Bourse.
Pour vous aider dans votre choix, de nombreux documents d’information sont à votre disposition. Parmi ceux-ci le prospectus (ou la note d’information) soumis au visa de l'AMF. Elle veille à la qualité et à l’exhaustivité de l’information sans se prononcer sur l’intérêt d’acheter ou non des titres de la société.
Vous pouvez disposer également de l’analyse financière des introducteurs.



Que trouve-t-on dans le prospectus d'introduction ?

En premier lieu, des renseignements sur l'opération financière, l'introduction, tels que :

  • Le nombre et la nature des titres offerts la souscription
  • Le calendrier de l'opération et la date prévue de cotation des titres
  • Les éléments d'appréciation du prix
  • La procédure d'introduction.

Comment se procurer ces documents ?

  • Des l'obtention du visa de l'AMF, vous pouvez vous les procurer sans frais, aupres des sociétés concernées ou des intermédiaires financiers.
  • Les prospectus d'introduction peuvent etre consultés au centre de documentation et d'information de l'AMF (http://www.amf-france.org).

Ensuite, des renseignements sur la société :

  • Les données générales : forme juridique, l'objet social, ses statuts, l'existence de seuils statutaires
  • Les données sur le capital : répartition du capital et des droits de vote, évolution du capital
  • Les données sur l'activité : historique, secteur d'activité, environnement concurrentiel
  • Les données économiques : chiffres d’affaire, résultats, effectifs, filiales, perspectives
  • Les comptes : bilan, compte de résultats et annexes précisant le périmetre et les méthodes de consolidation
  • Les faits exceptionnels et litiges pouvant avoir une incidence sensible sur l'activité, le patrimoine, la situation financiere ou les résultats de la société ou du groupe.

Repérer les points clés

Les documents d'information

  • La description du calendrier et des modalités de l'opération. Attention a la liquidité de certains titres : une faible liquidité peut etre un réel handicap pour les passations d'ordres
  • La présentation des chiffres clés concernant l'activité, le marché, la concurrence et les prévisions. En effet, les introductions ne dérogent pas aux regles d'or du bon gestionnaire : une bonne compréhension des activités est indispensable avant tout investissement. Dans le cas contraire, cela pourrait vous nuire pour analyser les enjeux stratégiques de la société et cerner son potentiel. En outre, n'hésitez pas a comparer ses données boursieres et économiques avec les entreprises de meme taille présentes sur son marché
  • Les indications des diligences effectuées par les commissaires aux comptes et leurs éventuelles réserves
  • La La mention de litiges susceptibles a terme d'avoir un incidence sur la situation de la société. susceptibles a terme d'avoir un incidence sur la situation de la société.

Attention ! L'AMF peut assortir son visa d'un avertissement qui figurera en premiere page de la note d'information. L'avertissement n'est pas destiné a qualifier l'opération ou la situation de la société concernée ; il est simplement destiné a attirer l'attention des souscripteurs sur des éléments essentiels pour l'appréciation du risque ou des contraintes liées a l'investissement en titres de cette société (aspects juridiques, comptables...)

Les points spécifiques aux introductions

Les ordres A et les ordres B
Dans le cadre de la procédure d'OPF ou d'OPO, deux catégories d'ordres sont susceptibles d'etre émis : les ordres A (ou A1) et les ordres B (ou A2). Les ordres A sont prioritaires et limités a un nombre maximum de titres, 100 le plus souvent. Les personnes souhaitant acquérir davantage de titres pourront également demander des actions au titre des ordres B. Ceux-ci peuvent etre émis pour un nombre d'actions illimité. Il peut etre répondu avec réduction en fonction d'un taux unique aux ordres B, non prioritaires. Les ordres A ont vocation a etre servis intégralement si le niveau de la demande le permet. Dans l'hypothese d'un nombre insuffisant d'actions offertes pour couvrir les demandes exprimées au titre des ordres A, les ordres A seront réduits uniformément et les ordres B ne seront pas servis. Il est précisé qu'un meme donneur d'ordres ne pourra émettre qu'un seul ordre d'achat A et un seul ordre d'achat B. Ces ordres ne pourront etre dissociés entre plusieurs intermédiaires financiers et seront confiés a un intermédiaire unique. Par ailleurs, au cas ou l'application du ou des taux de réduction n'aboutirait pas a un nombre entier d'actions, ce nombre serait arrondi au nombre entier inférieur.

La clause de reprise (clawback)
En vue de servir davantage les ordres de l'OPF ou de l'OPO, l'introducteur peut augmenter le nombre de titres par prélevement sur les actions offertes dans le cadre du Placement Garanti. Dans le cas ou l'OPF ou l'OPO ne serait pas entierement souscrite, le nombre d'actions offertes peut etre réduit afin d'augmenter le nombre d'actions offertes dans le cadre du Placement Garanti. La décision d'exercer cette clause est prise au plus tard le jour de la fixation du prix définitif.

L'option de surallocation (grennshoe)
Les actionnaires vendeurs peuvent consentir aux établissements introducteurs une option permettant l'acquisition d'un certain nombre de titres supplémentaires exerçable au prix de l'offre dans un délai de 30 jours a compter de la date de premiere cotation.

Le tableau comparatif

L’Offre à Prix Ferme (OPF) L’Offre à Prix Minimal (OPM) L’Offre à Prix Ouvert (OPO) Le Placement Garanti (PG)
Types d’ordres utilisés Seuls les ordres au prix fixé sont acceptés. L'exécution de l'ordre peut être partielle. Seuls les ordres à prix limités sont acceptés, à condition qu'ils se situent dans une marge supérieure de prix raisonnable par rapport au prix de l'offre. L'exécution de l'ordre peut être partielle. Seuls les ordres à prix limités sont acceptés à condition qu'ils se situent dans la fourchette de prix indicative.L'exécution de l'ordre peut être partielle. Seuls les ordres à prix limités sont acceptés. L'exécution de l'ordre peut être partielle.
Prix d’offre Le prix résulte de la confrontation de l’offre de titres et de la demande d’achat émise par les investisseurs, selon la technique dite de constitution du livre d’ordres. Le prix étant fixé, le particulier doit seulement indiquer le nombre de titres souhaités. L’introducteur annonce le niveau de prix en dessous duquel les actionnaires cédants ne sont pas vendeurs. Le particulier doit indiquer un prix et le nombre de titres souhaités. Le prix est déterminé en confrontant les différents ordres lors de la période d’offre. Le prix est équivalent ou supérieur à celui définitivement retenu pour l'OPF ou l'OPO.
Attribution des titres Le taux de service des ordres (pourcentage d'actions attribuées à chaque actionnaires en fonction du nombre d'actions initialement demandées) est le même pour tous les acheteurs. Seuls les ordres libellés à un prix limite, égal ou supérieur au prix sont servis définitif. L'élimination des ordres, libellés à un prix inférieur au prix définitif, permet une diminution du taux de réduction. Le taux de service des ordres est le même pour tous les acheteurs. Seuls les ordres libellés à un prix limite égal ou supérieur au prix définitif sont servis. L'élimination des ordres libellés, à un prix inférieur au prix définitif, permet une diminution du taux de réduction. Le taux de service des ordres est le même pour tous les acheteurs. Le nombre d'actions attribué à chaque acheteur est discrétionnaire.
Taux de service minimum L'Offre est mise en œuvre si le taux de service atteint un minimum de 1% ou bien une nouvelle offre est lancée. Cette fois, les actions sont mises en vente à un prix relevé de 5 %. Pour éviter le gonflement des ordres, les autorités boursières peuvent demander aux actionnaires un blocage des fonds nécessaires à l'exécution de leurs ordres. Si la demande est importante, les ordres retenus sont exécutés avec un taux de réduction plus important pour les tranches aux cours les moins élevés. Si la demande est excessive (lorsque 5 % de la demande ne peut être servie), une seconde procédure sous forme d'OPF peut alors être tentée. L'Offre est mise en œuvre si le taux de service atteint un minimum de 1% ou une nouvelle offre est lancée. Cette fois, les actions sont mises en vente à un prix relevé de 5 %. Pour éviter le gonflement des ordres, les autorités boursières peuvent demander aux actionnaires un blocage des fonds nécessaires à l'exécution de leurs ordres. -
Premier cours coté C’est le prix d'offre définitif. Il est fixé en fonction des ordres recueillis et correspond à la limite inférieure de la dernière tranche servie. C’est le prix d'offre définitif. C'est le cours de l'OPF ou l'OPO.

Synthese et conclusion

A retenir
Concernant l'Offre a Prix Minimal (OPM), les ordres sont classés en 3 ou 4 lots a partir du prix d'offre. Les ordres sont alors servis a hauteur d'au moins 5% (le taux de réduction étant identique pour les particuliers et les institutionnels). En général, les ordres libellés a des cours exagérément supérieurs ou inférieurs au prix de départ, sont éliminés et les ordres " au mieux " sont proscrits.

L'Offre a Prix Ferme (OPF) rationne les demandes, non par les prix, mais par les quantités. Les ordres d'achat sont alors diminués en proportion de l'afflux des demandes. L'Offre a Prix Ouvert (OPO) rationne les demandes par les quantités mais également par le prix, puisque ce dernier n'est pas fixé. Le Placement Garanti (PG) n'assure pas de réponse équitable aux attentes des demandeurs. Les ordres sont traités par le chef de file de maniere discrétionnaire. Cette pratique est donc généralement inaccessible aux actionnaires individuels.

En conclusion
Pour se voir attribuer un nombre de titres significatif dans le cadre d'une OPM, l'astuce consiste a échelonner les ordres, en fonction de la fourchette de prix qui paraît la plus proche de l'estimation du marché.
Pour une OPF ou une OPO, le risque est de voir la quantité d'actions reçues réduite a la portion congrue. Pour contrer le poids des grands institutionnels, la tentation est de gonfler ses ordres, en risquant d'etre servis a 100% en cas de chute de la demande. Afin d'éviter ce type de mésaventure, il est sans doute préférable de compléter sa ligne de portefeuille dans les jours suivants la premiere cotation par des achats directs sur le marché.