Zone euro-Du mieux pour l'activité et l'inflation

le
0
    * Indice PMI composite flash du mois d'octobre de 53,7 
    * Les entreprises ont augmenté leurs prix à un rythme sans 
précédent depuis cinq ans 
    * Les indices PMI suggèrent une hausse de 0,4% du PIB au T4 
 
 (Actualisé avec contexte, détails, citations) 
    par Jonathan Cable 
    PARIS/LONDRES/BERLIN, 24 octobre (Reuters) - Les entreprises 
de la zone euro ont connu en octobre leur croissance la plus 
vive de l'année même si elles ont augmenté leurs prix à un 
rythme sans précédent depuis plus de cinq ans, selon la version 
préliminaire des indices Markit publiés lundi. 
    Ce mieux de l'activité et des prix est une bonne nouvelle 
pour la Banque centrale européenne (BCE) qui n'a pas modifié sa 
politique monétaire ultra-accommodante jeudi dernier tout en 
n'excluant pas, apparemment, un nouveau geste d'assouplissement 
en décembre.       
   L'indice composite PMI d'IHS Markit a été de 53,7 en octobre 
contre 52,6 en septembre, au plus haut depuis décembre 2015 et 
bien au-dessus des 50 qui délimitent croissance et contraction. 
    Il a dépassé toutes les prévisions d'une enquête Reuters qui 
donnait un consensus d'un indice à 52,8. 
    "C'est encourageant; il y a plein de signes qui montrent que 
cet indicateur va encore s'améliorer. Un bon nombre de 
sous-indices annoncent de meilleurs PMI à l'avenir", dit Chris 
Williamson, chef économiste chez IHS Markit. 
    Si ce PMI se maintient, il renverra à une croissance de 0,4% 
sur le trimestre en cours, avec possibilité de faire encore 
mieux, ajoute-t-il. Un enquête Reuters publiée la semaine passée 
prédisait un taux de croissance un peu inférieur, à 0,3%. 
    "Bonnes nouvelles du côté des PMI, avec un indice composite 
au plus haut depuis décembre de l'an dernier, porté à la fois 
par l'industrie manufacturière et les services. La hausse des 
prix des facteurs de production se diffuse dans les prix à la 
production", commente Holger Sandte (Nordea).  
    En Allemagne, le secteur privé a connu en octobre sa 
croissance la plus marquée de l'année, laissant penser que la 
première économie européenne a abordé le quatrième trimestre à 
plein régime après le coup de mou des deux mois précédents. 
     
    RALENTISSEMENT EN FRANCE 
    A l'inverse, la croissance de l'activité dans le secteur 
privé a ralenti en France en octobre, l'accélération dans le 
secteur manufacturier ne suffisant pas à compenser un léger 
fléchissement dans les services. 
    En dépit d'une politique monétaire très généreuse en vigueur 
depuis des années, l'inflation est loin de se rapprocher de 
l'objectif de la BCE, qui est d'une hausse des prix juste 
en-deçà de 2%. Elle était de 0,4% seulement en septembre. 
    Si l'inflation remontait effectivement, le marché 
anticiperait peut-être moins un nouveau coup de pouce de la BCE. 
Selon un enquête Reuters, la banque centrale ajusterait son 
programme d'achats d'actifs et le prolongerait au-delà de la 
date prévue de mars 2017. 
    Elle a ajouté à ce massif programme d'achats, un taux de 
refinancement devenu nul, un taux de dépôt devenu négatif et un 
généreux programmes de prêts bonifiés à long terme pour les 
banques de la zone euro. 
    Malgré tout, "il faudra que la BCE en fasse plus pour amener 
l'inflation vers son objectif de manière durable dans l'ensemble 
de la zone euro", prédit Stephen Brown (Capital Economics). 
    Le sous-indice mesurant les prix à la production est passé 
de 50,0 à 50,5, au plus haut depuis août 2011, attestant d'un 
"marché d'acheteurs devenu marché de vendeurs, associé à une 
hausse des prix. Ce n'est que le début mais c'est un changement 
qui va dans la bonne direction", observe Williamson. 
    L'indice PMI des services a atteint en octobre un pic de 
neuf mois de 53,5 contre 52,2 en septembre, battant là encore 
toutes les prévisions d'une enquête Reuters qui avait dégagé un 
consensus à 52,4. 
    Le sous-indice des nouveaux contrats a bondi à 53,2 contre 
52,5, ce qui laisse penser que la dynamique sera encore là en 
novembre. 
    Même tendance dans l'industrie, avec un indice PMI 
manufacturier à un sommet de 30 mois de 53,3 contre 52,6 en 
septembre et un sous-indice de la production de 54,4 contre 
53,8. 
    L'industrie n'a jamais autant embauché depuis mai 2011, avec 
un sous-indice de l'emploi de 53,7 contre 52,1 en septembre. 
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoit 
Van Overstraeten) 
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant