Willis Group et Towers Watson vont fusionner

le
0

(NEWSManagers.com) -

Le courtier en assurances britannique Willis Group et le groupe de

services financiers américain Towers Watson, notamment spécialisé dans le

domaine des pensions, ont annoncé il y a quelques jours un projet de

fusion pour créer un groupe pesant quelque 18 milliards de dollars en

Bourse. Towers Watson, qui, il n'y a pas si longtemps, envisageait de se développer

dans la gestion d'actifs en prenant le contrôle de Russell Investments, et qui,

en attendant que le dossier soit tranché, conclut une transactions

présentée comme un " mariage d'égaux" .

La transaction, qui devrait être bouclée d'ici à la fin

de l'année, se fait en échanges d'actions, précise un

communiqué. Les actionnaires de Towers Watson vont recevoir 2,649 actions

Willis Group pour chacun de leurs titres et un dividende exceptionnel de 4,87

dollars par action. A la fin de l'opération, les actionnaires de Willis Group

détiendront 50,1% de la nouvelle entité.

La nouvelle entité Willis Towers Watson devrait générer un chiffre d'affaires

annuel de 8,2 milliards de dollars et emploiera environ 39.000 personnes dans

plus de 120 pays. Elle sera ainsi spécialisée dans le courtage en assurance,

réassurance, conseil en gestion des risques et aura aussi une activité de

conseil. Wllis Towers Watson pourra ainsi faire concurrence à Aon Plc et Marsh

& McLennan. Aon avait racheté Hewill Associates en 2010 pour former Aon

Hewitt tandis que Marsh & McLennan est le propriétaire de Mercer. Towers

Watson est issu de la fusion en 2010 de Towers Perrin et de Watson Wyatt.

Basée en Irlande pour des raisons fiscales, le nouveau groupe espère réaliser

des économies de 100 millions de dollars à l'issue de la transaction. John

Haley, actuel PDG de Towers Watson, va diriger le nouveau groupe en tant que

CEO, tandis que Dominic Casserley, patron de Willis Group, sera le numéro 2.

" Nous allons conseiller plus de 80% du top 1000 des grandes entreprises

mondiales et aurons une présence dans les marchés de taille moyenne et auprès

des petits employeurs à travers le monde" , a commenté Dominic Casserley,

cité dans le communiqué.

Willis Group avait jeté son dévolu en avril sur le groupe français Gras Savoye

dont il avait acquis 70% du capital pour 510 millions d'euros hors dette. Cette

opération lui avait permis de s'implanter en France et sur certains marchés

africains (Côte-d'Ivoire, Gabon) et du Moyen-Orient où Gras Savoye est très

présent.

Jean-François Tardiveau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant