W. Buffett reprend les piles Duracell à Procter & Gamble

le
0

(Actualisé avec précisions, contexte, commentaires) 13 novembre (Reuters) - Berkshire Hathaway BRKa.N , la société d'investissement de Warren Buffett, a annoncé le rachat de la division piles Duracell de Procter & Gamble PG.N en échange de l'intégralité de sa part de 4,7 milliards de dollars dans le capital du leader mondial des produits ménagers. P&G a déclaré qu'il contribuerait à hauteur d'environ 1,8 milliard de dollars en numéraire à la recapitalisation de Duracell avant la conclusion de cette transaction, attendue au second semestre 2015. Ce faisant, Warren Buffett met la main sur une entreprise dans laquelle il avait investi depuis un quart de siècle et il réalise une excellente opération fiscale, échappant aux impôts qu'il aurait eu à payer s'il avait vendu ses actions de P&G. C'est aussi une bonne opération pour P&G, la multinationale de Cincinatti, dont le directeur général A.G. Lafley a entrepris de rationaliser le portefeuille en cédant les marques les moins performantes. P&G, qui entend se focaliser sur environ 80 marques, dont les plus connues sont la lessive Tide et les couches Pampers, a réaffirmé à cette occasion ses prévisions de croissance annuelle de son chiffre d'affaires organique et de son bénéfice brut. Le titre a fini en baisse de 0,99% à Wall Street, à 88,66 dollars, tandis que Berkshire s'appréciait légèrement. "MANOEUVRE BRILLANTE" Le rachat de Duracell est une "manoeuvre brillante", admet Doug Kass, directeur du fonds Seabreeze Partners Management à Palm Beach (Floride) et habituellement critique envers celui que l'on surnomme l'"oracle d'Omaha". "Warren adore les marques de grande consommation matures et pérennes qui dégagent un cash flow prévisible. Duracell est pile dans le mille, et en plus c'est intéressant d'un point de vue fiscal." Berkshire, basé à Omaha dans le Nebraska, a précisé avoir payé juste 336 millions de dollars pour sa participation de 1,9% dans P&G, correspondant à 52,8 millions d'actions. Sur la base d'une imposition de 35% sur les plus-values, l'échange pourrait permettre à Berkshire d'économiser plus d'un milliard de dollars d'impôts, après de surcroît deux autres transactions semblables cette année. Berkshire a payé pour 8,95 milliards de dollars d'impôts en 2013, soit 31% de son résultat avant impôts. Berkshire était au capital de P&G depuis 2005, quand la multinationale a racheté Gillette dont Warren Buffet était actionnaire depuis 1989. En 1996, Gillette avait acquis les piles Duracell pour quelque sept milliards de dollars, en actions. C'est plus du double que ce que Berkshire paie maintenant. Avec cette acquisition, la société de Warren Buffet complète son portefeuille de quelque 80 marques bien connues des Américains, où l'on trouve aussi les peintures Benjamin Moore, la chaîne de crème glacée Dairy Queen et le ketchup Heinz. "J'ai toujours été impressionné par Duracell, en tant que consommateur et en tant qu'actionnaire de long terme de P&G et de Gillette", a déclaré le milliardaire dans un communiqué. Duracell détient plus d'un quart du marché mondial des piles mais la demande ralentit du fait de l'essor des smartphones et autres appareils qui sont équipés de batteries rechargeables. Voir aussi : BREAKINGVIEWS-Buffett's $4.7 bln Duracell deal is a double positive ID:nL2N0T30Z6 (Jonathan Stempel et Devika Krishna Kumar,; Bertrand Boucey et Véronique Tison pour le service français)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant