Vent contraire sur les actions européennes

le , mis à jour le
1
La Bourse de Francfort. (© DR)
La Bourse de Francfort. (© DR)

La croissance tend enfin à s’accélérer en Europe, tandis que l’industrie américaine tourne la page d’un ralentissement énergétique et technique. Dommage que le Brexit rouvre l’incertitude sur la construction européenne. Dommage aussi que la BCE contribue à alimenter la bulle obligataire américaine, puisque tout se passe comme si l’argent injecté par Francfort, environ 900 milliards d'euros jusqu’ici, partait s’investir sur les Treasuries.

D’où leur aveuglement devant la réindexation de l’économie américaine. Et quid en mars 2017 ?

L’accélération de la croissance européenne et mondiale plaide pour un arbitrage en faveur des cycliques européennes

Révisé en hausse à 52,8, le PMI manufacturier de la zone euro confirme les signes d’accélération enregistrés sur la composante «futur» d’Ifo et sur le climat belge (indice de la BNB). Seule la France fait exception pour les raisons que l’on sait (grèves à répétition), le moral des ménages s’améliorant néanmoins.

Les Etats-Unis connaissent aussi une accélération, l’indice ISM grimpant en juin à 53,2. Comme le mois précédent la hausse des délais de livraison accrédite la thèse d’un ralentissement technique en début d’année (déstockage). Combiné avec le Conference Board, l’ISM valorise la croissance américaine autour de 2,5%.

En revanche, le PMI chinois repasse en dessous de 49 à 48,6, comme les

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • e_remond il y a 5 mois

    Il y a eu tellement de vent que l'article s'est envolé !!!!