Une pétition contre le rosbif américain

le
2
Le traité transatlantque de libre-échange, qui vise à lever les barrières douanières, entre l'Ancien et le Nouveau Continent, permettrait d'importer entre 300 000 et 600 000 tonnes de viande bovine américaine par an en Europe. 
Le traité transatlantque de libre-échange, qui vise à lever les barrières douanières, entre l'Ancien et le Nouveau Continent, permettrait d'importer entre 300 000 et 600 000 tonnes de viande bovine américaine par an en Europe. 

Devant la menace d'importations massives de viandes bovines américaines, l'organisation interprofessionnelle qui rassemble les principaux éleveurs français (Interbev) sonne le tocsin. Entourés d'élus et de représentants d'associations environnementales, les dirigeants de cette association ont lancé, le 16 février, un appel à la mobilisation contre le traité transatlantique de libre-échange que la Commission européenne et l'administration américaine négocient actuellement. Cet accord, s'il était conclu, permettrait l'ouverture du marché continental aux pièces de boeuf produites outre-Atlantique.

Confrontés depuis quelques années à une crise sérieuse résultant à la fois de la baisse de la consommation de viande en Europe (résultant de la prise de conscience des risques sanitaires associés à une surconsommation de produits carnés) mais aussi et surtout de l'effondrement des prix, les éleveurs redoutent que cet accord ne provoque une explosion du tonnage de boeuf américain importé. « Aujourd'hui, ces importations sont plafonnées à 45 000 tonnes par an. Elles pourraient atteindre entre 300 000 et 600 000 tonnes par an si les négociations aboutissent et que les barrières douanières sont levées », détaille Guy Hermouet, éleveur de Charolaises en Vendée, par ailleurs président d'Interbev bovin.

Craintes sur le prix de la viande

« Ce déferlement de viande américaine serait destructeur pour...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kpm745 il y a 10 mois

    Ces braves éleveurs ne disent rien lorsqu'on fait venir une main d'oeuvre étrangère. La concurrence est bien mais pour les autres

  • aiki41 il y a 10 mois

    Vive l'UE !!! elle massacre les petites exploitations agricoles en favorisant des grandes exploitations, elle fait disparaitre nos spécificités qui font de nous une nation, elle détruit nos industries ; elle devait nous apporter sécurité et prospérité économique, elle nous apporte dans les faits insécurité, désordre politique et économique. Pour reprendre les mots du 1er ministre islandais " on ne serait jamais sorti de la crise si on était dans l'UE et l'euro".