Une bataille entre Nigériens et Boko Haram a fait 230 tués

le
0

NIAMEY, 29 avril (Reuters) - Deux cent trente personnes ont été tuées, dont au moins 74 Nigériens, au cours du week-end lors de la bataille la plus meurtrière qui ait engagé des islamistes de Boko Haram, a fait savoir mardi le gouvernement de Niamey. Les soldats nigériens ont été tout d'abord surpassés en nombre par les centaines de combattants de Boko Haram qui ont attaqué l'île de Karamga, sur le lac Tchad, samedi à l'aube, à bord de canots à moteur. L'île, qui avait déjà été attaquée par Boko Haram en février dernier, occupe une position stratégique au milieu d'un vaste labyrinthe de chenaux et de marécages. "Du côté de nos forces: 46 morts, neuf blessés et 32 disparus. Du côté de l'ennemi, 156 terroristes tués. En plus, 28 habitants de l'île ont été assassinés par les terroristes", a déclaré le ministre nigérien de l'Intérieur, Hassoumi Massoudou, à la radio nationale nigérienne. Les forces nigériennes n'avaient jusque-là pas fourni de bilan car elles fouillaient la mangrove en quête de corps de victimes. Le Niger a décrété trois jours de deuil national à compter de ce mercredi. (Abdoulaye Massalaki; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant