Un investissement chinois dans RTE, question sensible-Pdt

le , mis à jour à 08:28
1
    par Geert De Clercq 
    NANTES, 17 juin (Reuters) - Un investissement chinois dans 
le réseau haute tension français serait une question sensible et 
RTE, la filiale transport d'électricité d'EDF  EDF.PA , ne 
poursuit pas de discussions avec son homologue chinois China 
State Grid dans le cadre d'un projet d'ouverture de son capital, 
a déclaré jeudi François Brottes, président du directoire de 
RTE. 
    State Grid Corporation of China (SGCC) a déjà investi dans 
des réseaux en Europe méridionale et des spécialistes du secteur 
disent que le groupe chinois recherche toute occasion d'investir 
dans les réseaux de l'Union européenne (UE). 
    Le ministre de l'Economie Manuel Macron a déclaré que la 
Caisse des Dépôts (CDC) pourrait prendre une participation dans 
RTE. Conformément à un texte de 2004, le capital de RTE doit 
être propriété d'EDF et d'autres sociétés publiques. 
    François Brottes a toutefois observé que 15% des 
actionnaires d'EDF étaient du secteur privé.  
    Prié de dire si SGCC pourrait entrer au capital de RTE, il a 
répondu qu'en tant qu'opérateur monopolistique, RTE était d'une 
importance vitale pour la France. 
    "On est hyper-stratégique et donc sur des questions aussi 
sensibles que cela il peut y avoir, au nom de l'intérêt 
national, un principe de précaution qui peut s'appliquer et qui 
n'est pas forcément du ressort financier", a-t-il déclaré lors 
d'un dîner à Nantes, ajoutant que SGCC n'avait pas manifesté 
d'intérêt particulier à investir dans RTE. 
    "Les Chinois ne sont pas venus frapper à notre porte; en 
tout cas, je n'étais pas là ce jour-là", a encore dit Brottes. 
    SGCC a pris en 2012 une participation de 25% dans le réseau 
portugais REN  RENE.LS  puis, deux ans plus tard, 35% du capital 
de l'italien CDP Reti, qui détient d'importantes participations 
minoritaires dans le groupe de transport gazier Snam  SRG.MI  et 
dans le gestionnaire de réseaux électriques Terna  TRN.MI .  
    Il a été pré-sélectionné ce mois-ci pour une participation 
de 14% dans le distributeur gazier et électrique belge Eandis. 
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Gilles 
Guillaume) 
     par Geert De Clercq 
    NANTES, 17 juin (Reuters) - Un investissement chinois dans 
le réseau haute tension français serait une question sensible et 
RTE, la filiale transport d'électricité d'EDF  EDF.PA , ne 
poursuit pas de discussions avec son homologue chinois China 
State Grid dans le cadre d'un projet d'ouverture de son capital, 
a déclaré jeudi François Brottes, président du directoire de 
RTE. 
    State Grid Corporation of China (SGCC) a déjà investi dans 
des réseaux en Europe méridionale et des spécialistes du secteur 
disent que le groupe chinois recherche toute occasion d'investir 
dans les réseaux de l'Union européenne (UE). 
    Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a déclaré que la 
Caisse des Dépôts (CDC) pourrait prendre une participation dans 
RTE. Conformément à un texte de 2004, le capital de RTE doit 
être propriété d'EDF et d'autres sociétés publiques. 
    François Brottes a toutefois observé que 15% des 
actionnaires d'EDF étaient du secteur privé.  
    Prié de dire si SGCC pourrait entrer au capital de RTE, il a 
répondu qu'en tant qu'opérateur monopolistique, RTE était d'une 
importance vitale pour la France. 
    "On est hyper-stratégique et donc sur des questions aussi 
sensibles que cela il peut y avoir, au nom de l'intérêt 
national, un principe de précaution qui peut s'appliquer et qui 
n'est pas forcément du ressort financier", a-t-il déclaré lors 
d'un dîner à Nantes, ajoutant que SGCC n'avait pas manifesté 
d'intérêt particulier à investir dans RTE. 
    "Les Chinois ne sont pas venus frapper à notre porte; en 
tout cas, je n'étais pas là ce jour-là", a encore dit Brottes. 
    SGCC a pris en 2012 une participation de 25% dans le réseau 
portugais REN  RENE.LS  puis, deux ans plus tard, 35% du capital 
de l'italien CDP Reti, qui détient d'importantes participations 
minoritaires dans le groupe de transport gazier Snam  SRG.MI  et 
dans le gestionnaire de réseaux électriques Terna  TRN.MI .  
    Il a été pré-sélectionné ce mois-ci pour une participation 
de 14% dans le distributeur gazier et électrique belge Eandis. 
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Gilles 
Guillaume) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • clausfer il y a 6 mois

    Mais non, mais non; vu que l'objectif de Ségolène Royal et de François Hollande est de détruire eDF, ce serait une réussite complète.