Tokyo prône une coopération des banques AIIB et BAD

le
0

TOKYO, 24 mars (Reuters) - Le ministre japonais des Finances Taro Aso a dit mardi qu'il serait souhaitable que la nouvelle Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (AIIB) coopère avec la Banque asiatique de développement (BAD) afin de faire face à la demande croissante pour le financement des infrastructures en Asie. Taro Aso a cependant ajouté que le Japon n'avait pas encore décidé de rejoindre ou non l'AIIB - la date butoir étant fixée au 31 mars - en raison notamment d'un manque de transparence dans la direction de la banque basée à Pékin. Les Etats-Unis, préoccupés par la nouvelle influence de la diplomatie chinoise, conseillent les pays qui veulent intégrer l'AIIB d'y réfléchir à deux fois, l'établissement étant considéré par certains comme un concurrent de la Banque mondiale et de la BAD. ID:nL6N0WP0PA Au moins 35 pays vont intégrer l'AIIB d'ici le 31 mars, a dit dimanche dernier le directeur par intérim de l'AIIB. La semaine dernière, la France, l'Allemagne et l'Italie ont emboîté le pas au Royaume-Uni et décidé de rejoindre l'AIIB. ID:nL6N0WJ1U1 "Comme la demande pour une quantité absolue de financement des infrastructures croît (...) ce n'est pas un jeu à somme nulle" entre l'AIIB et la BAD, a dit à la presse le ministre japonais des Finances. Le problème est que "l'AIIB n'est pas transparente et rien n'a été décidé sur qui est impliqué, où se décide la direction et qui examinera les prêts pour chaque projet", a ajouté Taro Aso. "Ce serait nettement plus souhaitable que la banque travaille avec la BAD pour développer les infrastructures en Asie mais cela sera difficile à réaliser car les règles sont totalement différentes", a-t-il dit. (Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant