Tesco ne fixe pas d'objectif annuel après une erreur comptable

le
0
TESCO RENONCE À FIXER UN OBJECTIF ANNUEL
TESCO RENONCE À FIXER UN OBJECTIF ANNUEL

par James Davey et Neil Maidment

LONDRES (Reuters) - Tesco a renoncé jeudi à sa prévision de bénéfice annuel après avoir fait état d'un trou dans ses comptes plus important que prévu, imputable à une erreur comptable.

Le premier épicier britannique, qui a perdu 20% de sa valeur durant le mois écoulé après trois avertissements sur résultats et l'annonce de cette erreur comptable, a fait état d'une baisse de 5,5% de ses ventes en Grande-Bretagne au deuxième trimestre.

L'action a ouvert en nette baisse et perdait vers 09h45 5,46% à 173 pence , accusant l'un des replis les marqués du Stoxx 600.

Tesco est exposé depuis quelques années à une concurrence féroce et à des habitudes de consommation très inconstantes. La croissance organique négative de 5,5% en Grande-Bretagne faisait suite à une croissance négative de 3,8% au premier trimestre, qui avait alors été décrite comme la pire performance réalisée en 40 ans.

"Notre entreprise vit des temps difficiles", a commenté le directeur général Dave Lewis, en fonction depuis le 1er septembre. "Les conditions d'activité sont dures et notre rentabilité opérationnelle est malmenée".

Le groupe avait déclaré le mois dernier qu'il avait surestimé son bénéfice semestriel projeté de 250 millions de livres (317 millions d'euros) mais il a précisé jeudi que la surestimation était en réalité de 263 millions de livres.

Cette erreur s'explique par une mauvaise imputation des paiements liés aux accords passés avec les fournisseurs. L'affaire fait l'objet d'une enquête en cours par le régulateur financier britannique.

Le directeur général a chargé le cabinet comptable Deloitte de vérifier les comptes, avec le concours du cabinet d'avocats Freshfields. Huit responsables, dont celui pour la Grande-Bretagne, ont été mis à pied, un coup dur pour une entreprise qui doit se préparer, comme ses concurrentes, aux fêtes de fin d'année.

CAP PERDU

"La surestimation du résultat commercial affectera nos résultats du second semestre", ajoute le distributeur dans un communiqué. "Beaucoup d'incertitudes limitent la visibilité de la performance future; pour ce motif, nous ne fournissons pas de projections annuelles".

Le président Richard Broadbent, en fonction depuis 2011, a dit qu'il démissionnerait une fois la nouvelle direction bien en place et son plan opérationnel lancé.

Le consommateur britannique achète de plus en plus en ligne et auprès de multiples fournisseurs, une nouvelle donne à laquelle les épiciers du pays ont du mal à s'adapter mais l'erreur comptable et des changements à répétition au sein de l'équipe dirigeante déstabilisent encore davantage le premier employeur privé d'outre-Manche.

Après une croissance vivace dans les années 1990, Tesco a perdu le cap à la fin des années 2000, se concentrant plus à l'international qu'à son marché local et surtout en privilégiant l'actionnaire au détriment du consommateur en augmentant les prix en pleine période de creux économique.

Tesco est à présent confronté à la fois à la concurrence des enseignes discount Aldi [ALDIEI.UL] et Lidl [LIDUK.UL] et des enseignes haut de gamme Waitrose et Marks & Spencer.

Les grands hypermarchés concentrés à la périphérie des villes sont moins en faveur auprès de Britanniques plus tentés par les commerces de proximité et le shopping en ligne.

Toute cela implique que Tesco est bien parti pour connaître une troisième année de baisse de son résultat d'exploitation.

Il a signalé de fait que le bénéfice d'exploitation de 937 millions de livres sur une période de 26 semaines au 23 août était en recul de 41% à taux de change variable.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant