Syrie-La ville d'Idlib aux mains des islamistes - OSDH

le
0

* Les islamistes contrôlent désormais deux provinces de Syrie * L'EI ne fait pas partie de l'alliance qui a pris Idlib * Pas de réaction à Damas sur l'annonce de la chute de cette ville (actualisé avec la prise d'Idlib) BEYROUTH, 28 mars (Reuters) - Plusieurs groupes islamistes, dont le Front al Nosra (affilié à Al Qaïda), se sont emparés d'Idlib, ville de 100.000 habitants du nord-ouest de la Syrie, ont rapporté samedi des combattants et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Avec la chute de cette ville, les insurgés contrôlent désormais la totalité de la province d'Idlib, deuxième province à être totalement entre leurs mains après celle de Rakka, fief de l'Etat islamique, dans le Nord-Est. Des groupes islamistes ont formé une alliance, qui comprend le mouvement intégriste Ahrar al Cham et le Djound al Aksa, mais pas l'Etat islamique (EI). Ils ont lancé mardi une offensive pour s'emparer de la ville et baptisé cette opération "Armée du Fatah", allusion aux conquêtes arabes qui avaient propagé l'islam à travers le Proche-Orient à partir du VIIe siècle. La ville d'Idlib, qui n'avait jamais été aux mains des islamistes depuis le début de la crise syrienne en mars 2011, se trouve non loin de l'axe routier stratégique qui relie Damas à Alep, et non loin de la province côtière de Lattaquié, l'un des fiefs du régime de Bachar al Assad. Les groupes qui ont pris part à l'assaut ont posté des vidéos sur internet montrant leurs combattants dans les rues de la ville. Ces rues semblent désertes, à l'exception de dizaines de combattants et de quelques blindés. Les autorités syriennes n'ont pas réagi pour l'instant à l'annonce par l'OSDH de la chute d'Idlib. Cette organisation proche de l'opposition et basée à Londres s'appuie sur un réseau d'informateurs sur le terrain pour suivre l'évolution du conflit. Voici quelques heures, les médias officiels faisaient état de la poursuite des combats à Idlib et la télévision nationale affirmait que l'armée avait réussi à stopper la progression des insurgés à partir des flancs nord, est et sud de la ville. De son côté, Rami Abdelrahman, qui dirige l'OSDH, avait déclaré à la mi-journée que les insurgés avaient "pénétré dans la ville par plusieurs côtés, mais l'assaut majeur a été lancé à partir des flancs nord et ouest". (Mariam Karouny; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant