Sorti du CAC 40, EDF paye les conséquences de nombreuses incertitudes

le
6
Technicien d'exploitation en ronde d'inspection à la centrale EDF de Martigues. (© Robert Fahl / EDF)
Technicien d'exploitation en ronde d'inspection à la centrale EDF de Martigues. (© Robert Fahl / EDF)

Une page se tourne pour EDF en Bourse. Le groupe d'énergie quittera le CAC 40 le 21 décembre prochain pour céder sa place à Klépierre. Amère évolution pour alorq qu’EDF a longtemps compté parmi les champions de l'indice, se hissant même sur la première marche du podium des plus grosses capitalisations de la place de Paris entre 2007 et 2008.

Aujourd'hui, dix ans après son introduction en Bourse, l'atterrissage est rude : à moins de 13 euros, le titre a perdu environ 60% de sa valeur par rapport à son prix d'introduction (32 euros), et même plus de 85% depuis son plus haut en novembre 2007.

Trop d'incertitudes

Comment le groupe va-t-il financer son grand carénage, à savoir la maintenance lourde de ses 58 réacteurs nucléaires français, estimée à quelque 55 milliards d'euros d'ici à 2025 ? Comment lever les doutes sur la faisabilité du nouveau réacteur EPR en chantier à Flamanville (Manche), qui accumule surcoûts et retards ? Comment supporter le risque industriel lié à la construction prévue de deux autres EPR à Hinkley Point (Angleterre) ? Quelle sera la capacité d'EDF à intégrer l'activité réacteurs d'Areva en cours d'acquisition dans le cadre de la refonte de la filière nucléaire française ? Combien coûtera le démantèlement de centrales ?

Autant de questions qui plombent EDF et l'action en Bourse, le tout dans un environnement de prix de marché très bas et une régulation

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dudu2511 il y a 12 mois

    ainsi, je préfere que la totalité de ma facture soit reversée à EDF et que l'état actionnaire qui nous sabre en profite moins, et cet insupportable haine des "priviligiés" pour 58€/an. je crois qu'il y a plus scandaleux

  • dudu2511 il y a 12 mois

    suite :EDF déclare l'avantage en nature sur la base d'un montant forfaitaire de 700€ sur lequel je paie 30% d'impots.Mon cout de l'electricité est donc de 1.67*12+700*0.3 = 230€/anSur une facture réelle, je serais donc à 1.67*10*12+88 (abonnement) soit 288€/an.L'avantage est donc de 58€/an et l'état actionnaire se gave en prélevant directement en impot

  • dudu2511 il y a 12 mois

    ca serait pas mal d'arrêter de tacler le personnel EDF et notamment sur l'avantage en nature. Voici donc la vérité sur cet avantage qui fait tant baver. Je suis agent EDF et je vais renoncer à l'avantage EDF pour les raisons suivantes :ma facture correspond à 10% d'une facture standard et je ne paie pas l'abonnement. Actuellement je paie 1.67€/mois pour les ampoules (mon chauffage étant collectif).suite

  • renard il y a 12 mois

    Et à la fin, BANCO, on va avoir droit à la double peine : 1. Augmentation de 20 % des tarifs au lieu des 10-15 % annuels habituels - 2. Recapitalisation de 8 à 10 milliards d'euros. Tant que l'électricité est gratuite pour les salariés d'EDF, tout va bien, et pour conclure, la phrase destinée au neuneus : "on a une des électricités les moins chères d'Europe", mdr

  • M1765517 il y a 12 mois

    en supprimant déjà avantages et CE, on retrouve de quoi me verser des dividendes !

  • pepitobo il y a 12 mois

    edf paie surtout les l'incompétence du pouvoir socialiste qui par sectarisme dogmatique prefere sacrifier ce dernier fleuron de notre industrie en le privant des moyens financiers d'investir et en acceptant son démantelement voulu par l'europe