Schneider délocalise en Pologne, supprime des postes en France

le
8
SCHNEIDER DÉLOCALISE EN POLOGNE, SUPPRESSION DE POSTES EN FRANCE
SCHNEIDER DÉLOCALISE EN POLOGNE, SUPPRESSION DE POSTES EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Schneider Electric va délocaliser ses transformateurs de grande série en Pologne pour se concentrer sur les produits à plus haute valeur ajoutée, ce qui devrait se traduire par des plans sociaux en France, rapportent Les Echos dans leur édition à paraître jeudi.

Le premier concerne sa filiale France Transfo, dans la région de Metz, qui compte trois sites, le second touche Petit-Quevilly (Haute Normandie), une ancienne usine d'Areva, qui vient déjà d'être lourdement restructurée.

Interrogé, un porte-parole de Schneider a indiqué que le groupe avait informé les représentants des salariés réunis en comité d'entreprise mercredi de l'ouverture d'une procédure d'information sur un projet de réorganisation industrielle dans ses transformateurs standard de moyenne tension. La procédure d'information des salariés est prévue le 12 mai.

Cette réorganisation passera par la suppression des 89 postes du site de Petit-Quevilly, qui fermera ses portes, et par des suppressions "beaucoup moins importantes" chez France Transfo, a-t-il dit.

Le secteur des transformateurs de moyenne tension subit de très fortes tensions sur les prix et les volumes, avec une concurrence très rude qui tire les prix vers le bas et qui rend la production française trop chère.

Schneider Electric a perdu le dernier appel d'offre d'ERDF dans les transformateurs, faisant suite à la mise en place d'une nouvelle norme "éco-design".

(Pascale Denis, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 le jeudi 7 mai 2015 à 07:19

    Si on avait laissé Michel Sapin imprimer le code du travail en plus petit, ça ne serait pas arrivé...

  • b.renie le jeudi 7 mai 2015 à 06:21

    Quand on vous dit de réécrire le code du travail !! ce n'est pas pour nuire ou détruire mais pour réguler le marché de l'emploi. Cette entreprise doit souffrir d'un niveau de compétitivité insuffisant. Comme elle ne veut pas mourir, elle fait ce qu'il faut pour se sauver.

  • M5441845 le jeudi 7 mai 2015 à 06:00

    Après le "non", français au référendum, le plombier polonais a décider de rester en Pologne, et il va travailler chez Schneider.

  • s.thual le mercredi 6 mai 2015 à 23:56

    c est pitoyable que l on ne puisse pas faire coincider les intérêts entreprise salarie et conjoncturels ,,,sachant que meme dans le cas de délocalisations économiques ,certains pdg continuent a s augmenter dans des proportions indécentes ! attention a force de tirer sur la corde,,,,

  • Pienegro le mercredi 6 mai 2015 à 23:42

    Merci le pays de syndicats socialos/muzulmans

  • b.paccia le mercredi 6 mai 2015 à 23:23

    c 'est bien l'Europe continuons. L'augmentation du salaire du PDG combien ?

  • mcarre1 le mercredi 6 mai 2015 à 22:53

    et quand on ne délocalise pas à l'Est, on fait venir des travailleurs détachés sous-payés de l'Est ...avec la bénédiction de Bruxelles.

  • caogan77 le mercredi 6 mai 2015 à 22:31

    ca c'est bizarre ils se trouvent pas bien dans un pays socialiste ?