Saint-Gobain : le marché n'apprécie pas

le
0

Saint-Gobain veut consolider sa place de leader mondial de l'habitat en mettant la main sur le suisse Sika.
Saint-Gobain veut consolider sa place de leader mondial de l'habitat en mettant la main sur le suisse Sika.

L'action du groupe français a dévissé de plus de 6% lundi à la Bourse de Paris. Le leader mondial de l'habitat veut mettre la main sur le suisse Sika tout en engageant le processus de cession de sa filiale Verralia.

Saint-Gobain veut acquérir le suisse Sika à moindre frais tout en engageant la vente de sa filiale Verralia. Des annonces qui n'ont pas rassuré les investisseurs. L'opération de croissance externe visant à faire tomber Sika dans l'escarcelle du groupe français s'annonce en effet incertaine. L'action Saint-Gobain a perdu 6,24% lundi à la Bourse de Paris, clôturant à 34,91 euros.

En dévoilant son intention d'acquérir les 16% du groupe suisse Sika détenus par la famille Schenker Winkler, le Français Saint-Gobain mettrait la main sur 52,4% des droits de vote de l'entreprise helvète et prendrait ainsi le contrôle de la société. Une opération à 2,75 milliards de francs suisses (environ 2,3 milliards d'euros) qui éviterait au fabricant et distributeur de matériaux de construction de lancer une offre sur la totalité du capital de Sika.

Si l'opération aboutissait, les synergies attendues devraient, selon Saint-Gobain, se chiffrer à 100 millions d'euros dès 2017 et ressortir à 180 millions d'euros par an à partir de 2019. Le groupe suisse, leader mondial de la chimie de la construction (spécialiste des adhésifs, joints pour applications industrielles etc.), a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires d'environ 4,3 milliards d'euros (42 milliards pour Saint-Gobain) avec une croissance annuelle moyenne de plus de 8% entre 2007 et 2013.

Mais c'est sans compter sur la réaction de Sika qui a rejeté l'offre n'y voyant pas de « logique industrielle ». Le conseil d'administration du groupe suisse a fait savoir dans un communiqué qu'il n'aurait été informé que vendredi soir et que Saint-Gobain avait l'intention de le remplacer si l'opération devait aboutir. En réponse, Pierre-André de Chalendar, le PDG de Saint-Gobain, s'est déclaré « extrêmement surpris » par cette position. « Il doit y avoir des éléments émotionnels que je ne maîtrise pas » s'est-il permis de préciser, mentionnant « un revirement d'attitude au cours du week-end ».

En parallèle, Saint-Gobain a annoncé le lancement de la mise en vente de Verralia, sa filiale d'emballage en verre. En avril, le groupe français avait déjà annoncé la cession de sa filiale nord-américaine à l'irlandais Ardagh pour 1,27 millions d'euros. « Nous avons reçu de nombreuses marques d'intérêt et nous pensons que le moment est venu » a confirmé Pierre-André de Chalendar. Verralia a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 2,43 milliards d'euros. L'objectif est de parvenir à trouver un accord avec un acheteur avant l'été 2015.

« Les deux opérations dont nous annonçons le projet vont accélérer le recentrage stratégique du Groupe Saint-Gobain sur la conception, la production et la distribution des solutions innovantes et de haute performance pour l'habitat et l'industrie » a expliqué le patron de Saint-Gobain.

J.G


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant