RPT-Troisième hausse d'affilée à Wall St, l'effet Brexit s'atténue

le , mis à jour le
0
    * Le Dow a gagné 1,33%, le S&P-500 1,36% et le Nasdaq 1,33% 
    * La chute provoquée par le Brexit pratiquement effacée 
    * Le gouverneur de la BoE évoque un soutien cet été 
    * Les biens de consommation soutenus par l'offre de Mondelez 
sur Hershey 
 
 (Répétition sans changement d'une dépêche diffusée jeudi) 
    par Lewis Krauskopf 
    NEW YORK, 1er juillet (Reuters) - La Bourse de New York a 
fini en hausse jeudi pour la troisième séance consécutive après 
l'évocation par la Banque d'Angleterre d'un possible 
assouplissement de sa politique monétaire cet été et grâce au 
secteur des biens de consommation courante grâce à l'offre de 23 
milliards de dollars de Mondelez sur Hershey. 
    L'indice Dow Jones  .DJI  a gagné 235,31 points, soit 1,33%, 
à 17.929,99. Le S&P-500  .SPX , plus large, a pris 28,09 points 
(+1,36%) à 2.098,86 et le Nasdaq Composite  .IXIC  a progressé 
de 63,43 points (+1,33%) à 4.842,67. Ils affichent ainsi leur 
meilleure performance sur trois séances depuis quatre mois 
(+4,9% pour le S&P). 
    Tous trois ont ramené à moins de 1,5% le recul subi depuis 
la victoire des partisans de la sortie du Royaume-Uni de l'Union 
européenne au référendum du 23 juin.  
    Jeudi, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, 
a déclaré que la banque centrale aurait probablement besoin 
d'adopter de nouvelles mesures de soutien à l'économie durant 
l'été.   
    De son côté, James Bullard, le président de la Réserve 
fédérale de St. Louis, a estimé dans un discours prononcé à 
Londres que le Brexit constituait un "énorme problème" pour le 
Royaume-Uni mais que son impact aux Etats-Unis devrait être 
limité.  
    "Les banques centrales font de leur mieux pour agir et faire 
remonter les cours des actions", commente Adam Sarhan, directeur 
général de Sarhan Capital. "Je pense que la Fed est plus que 
prête à suivre le mouvement si la situation se dégrade sur les 
marchés." 
     
    HERSHEY VEDETTE DU S&P-500 APRÈS L'OFFRE DE MONDELEZ 
    Le dollar a regagné du terrain face à la livre sterling 
après les propos de Mark Carney et face à l'euro après des 
informations de Bloomberg selon lesquelles la Banque centrale 
européenne (BCE) pourrait assouplir les modalités de son 
programme d'achats d'obligations.  
    En fin de journée, la monnaie unique se traitait autour de 
1,1095 dollar  EUR= , en baisse de 0,34%, contre 1,1155 au plus 
haut du jour. La livre, elle, s'échangeait à 1,3311 contre un 
pic à 1,3495  GBP= . 
    Pour Bucky Hellwig, vice-président senior de BB&T Wealth 
Management, "on efface le 'Brexit' car il devient évident qu'il 
s'agissait d'un vote et d'une décision politiques plus que d'une 
décision économique". 
    Les marchés actions américains pourraient aussi avoir 
bénéficié des traditionnels ajustements de portefeuilles de fin 
de trimestre.  
    Les dix grands indices sectoriels S&P ont fini dans le vert 
et celui des produits de consommation courante  .SPLRCS  s'est 
adjugé 2,21%.  
    Hershey a bondi de 16,83%, de loin la meilleure performance 
du S&P-500, tandis que Mondelez prenait 5,91% malgré le rejet 
par de Hershey de l'offre d'achat indicative de 23 milliards de 
dollars (20,8 milliards d'euros) qu'il lui a soumise cette 
semaine.      
     
    LA VOLATILITÉ POURRAIT RESTER ÉLEVÉE 
    General Electric  GE.N  a gagné 3,04%, la meilleure 
performance du Dow, grâce au relèvement par Goldman Sachs de son 
objectif de cours.  
    A la baisse, Visa  V.N  et MasterCard  MA.N  ont cédé 
respectivement 3,35% et 4,42% après l'invalidation par un 
tribunal fédéral d'un accord amiable de 7,25 milliards de 
dollars passé entre les deux émetteurs de cartes de crédit et 
des commerçants sur les commissions payées par ces derniers. 
  
    Le mois de juin se solde pour le Dow Jones par une hausse 
0,8%, pour le S&P-500 par un gain symbolique de 0,09% et pour le 
Nasdaq par un repli de 2,13%. Sur le deuxième trimestre, le Dow 
a progressé de 1,39% et  le S&P de 1,9% tandis que le Nasdaq 
reculait de 0,56%. 
    Depuis le 1er janvier, le Dow gagne 2,9% et le S&P-500 2,69% 
alors que le Nasdaq Composite perd 3,29%. 
    La volatilité pourrait rester élevée au cours des semaines à 
venir en raison des incertitudes liées à l'avenir du 
Royaume-Uni.  
    "Je pense qu'il y aura de nouveau des moments où on revivra 
la peur du Brexit, dans une certaine mesure", dit Jim Paulsen, 
responsable de la stratégie d'investissement de Wells Capital 
Management. "Mais je ne pense pas que cela soit aussi important 
qu'on ne l'a imaginé du point de vue financier ou économique et 
je me prépare à inscrire de nouveaux plus hauts." 
    Environ 8,7 milliards d'actions ont été échangées au cours 
de cette dernière séance du mois et du trimestre, contre 7,6 
milliards en moyenne sur les 20 précédentes.  
    Le marché obligataire américain a lui fini en légère baisse 
face à la hausse des actions, le rendement des Treasuries à dix 
atteignant 1,482%  US10YT=RR .  
     
 
 (avec Yashaswini Swamynathan à Bangalore; Marc Angrand pour le 
service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant