« Renault : que penser de la récente tempête boursière ? » (Cercle des économistes)

le , mis à jour à 10:25
8

L'action Renault avait chuté le 14 janvier dernier suite à des craintes relatives aux rejets polluants des véhicules du constructeur.
L'action Renault avait chuté le 14 janvier dernier suite à des craintes relatives aux rejets polluants des véhicules du constructeur.

La révélation des perquisitions menées la semaine dernière sur plusieurs sites de Renault a provoqué une tempête boursière, le cours de Bourse dévissant de 20% en séance. Selon Christian Stoffaes, il convient de relativiser ce mini-krach diesel qui résulte d'un amalgame entre les enquêtes conduites chez Renault et les logiciels truqués découverts chez Volkswagen.

Aucune tricherie délibérée n'a été détectée chez le constructeur français, malgré un dépassement des seuils autorisés, révélé par les premières conclusions rendues par la commission technique mise en place, après le scandale Volkswagen, pour tester les émissions polluantes en conditions réelles d'une centaine de voitures vendues sur le marché français. Sachant – et c'est admis –  qu'il existe toujours un écart entre les tests en laboratoire et l'utilisation au quotidien.

Il faut relativiser l'impact proprement économique de cette affaire. Renault a annoncé un programme d'investissement de 50 millions d'euros pour améliorer la performance des moteurs actuels, avec une remise à niveau des véhicules commercialisés depuis le « Volkswagen Gate ».

Surtout, Renault prévoit une accélération des investissements pour les moteurs de la prochaine génération, d'un montant d'1,2 milliard d'euros sur trois ou quatre ans, contre cinq années initialement prévues. Ce n'est guère conséquent à l'échelle de Renault. L'impact important est sur l'image publique, tant la performance environnementale s'est imposée comme un facteur déterminant dans la concurrence commerciale sans merci que se livrent les constructeurs, où le plus petit détail compte.

Dans cette affaire, Renault souffre aussi de la comparaison avec PSA, bon élève de la classe mondiale depuis qu'a éclaté le scandale VW dont les véhicules ne présentent pas d'écart entre les tests en conditions réelles et les mesures en laboratoires.

Les deux constructeurs ont en fait de longue date opté pour des solutions techniques différentes. Renault a fait le choix moins onéreux du piège à oxyde d'azote et de la recirculation des gaz d'échappement. PSA a choisi l'option plus efficace de la réduction catalytique sélective. Les deux groupes ont également adopté des stratégies divergentes de réponse au « VW Gate ». Renault joue la carte défensive de la coopération avec les autorités publiques, notamment pour l'élaboration des futures normes européennes ; PSA optant pour une communication plus offensive, en faisant réaliser des tests avec une organisation indépendante.

Au delà du seul impact sur l'industrie automobile, l'offensive menée contre la pollution diesel marque une étape dans la relation entre l'économie et l'écologie. Que des industries aussi solidement établies que les aérosols, l'amiante, le nucléaire, et maintenant l'automobile, aient été déstabilisées, voire rayées de la carte, démontre que la critique écologique, c'est du sérieux.

Et ce, quelques semaines seulement après la COP21 qui avait marqué un apaisement puisqu'aux sévères contraintes de plafonnement des émissions nationales de gaz à effet de serre sont maintenant substitués des engagements volontaires de réductions.

Aussi, paradoxalement, le mini « Renault Gate » constitue un signe supplémentaire de l'entrée dans l'ère de la maturité, après la guerre et l'invective, le droit civil et pénal, la valorisation, les rumeurs boursières. Les écologistes ont gagné, tout en perdant le monopole de l'écologie.

Christian Stoffaës

Christian Stoffaës est membre du Cercle des économistes, professeur à l’Université Paris Dauphine et Président du Cercle des ingénieurs économistes.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NACHTER il y a 11 mois

    un petit prof d une vague universite a paris n aura jam ais la classe HARVARD CA C EST UNE UNIVERSITE

  • NACHTER il y a 11 mois

    JE preferre l avis de membres connus et non des petits prof frenchies pour analyser le sort reserver a leur voiturier reneult qui va seulement traverser la tempete mais les frenchies se cachent la face

  • OSS119 il y a 11 mois

    En même temps, l'écologie, c'est pour les autres. C'est un argument à opposer à nos concurrents, pas à nos propres entreprises. L'économie doit toujours primer. La morale universelle est le chapelet des idéalistes

  • 2010jpge il y a 11 mois

    CGT :la reine du démantèlement d'entreprise!!!

  • M7097610 il y a 11 mois

    Merci la CGT d'apprendre l'humilité à M. Goshn. Les cimetières sont remplis de personnes irremplaçables.

  • M7097610 il y a 11 mois

    PSA ne se moque pas des clients et reste le meilleur dieseliste au monde avec Mazda pendant que renault pense surtout aux millions et à l'ego de M. GOSHN. Au lieu de magouiller avec son premier actionnaire, monsieur Goshn ferait mieux de réapprendre à faire des voitures

  • lilian92 il y a 11 mois

    Merci la CGT d'avoir rendu public les perquisitions .... Vous devriez être en prison pour avoir gravement nuit à l'entreprise Renault et à ses salariés !

  • M4314275 il y a 11 mois

    Cela ne change rien à mon quotidien.