Renault appuie l'initiative franco-allemande sur les batteries

le
1
RENAULT APPUIE L'INITIATIVE FRANCO-ALLEMANDE SUR LES BATTERIES
RENAULT APPUIE L'INITIATIVE FRANCO-ALLEMANDE SUR LES BATTERIES

GUYANCOURT, Yvelines (Reuters) - Renault est prêt à soutenir l'initiative franco-allemande visant à encourager la production de batteries électriques sur le sol européen, mais estime que cette activité n'est plus du ressort des constructeurs automobiles.

Paris et Berlin ont annoncé début décembre une alliance pour encourager en Europe cette technologie stratégique dans le développement des voitures électriques ou hybrides. Selon la presse allemande, Daimler a mis fin récemment à la dernière production allemande de ce type, tandis qu'en France, Renault et PSA Peugeot Citroën se fournissent exclusivement au Japon et en Corée du Sud.

"Qu'en Europe il y ait une capacité à faire des batteries compétitives, c'est important, ça on le soutiendra", a déclaré à Reuters Rémi Bastien, directeur engineering innovation de Renault, à l'occasion d'une exposition des dernières nouveautés technologiques du groupe au Technocentre. "Mais nous n'avons plus de plan pour fabriquer en interne des batteries", a-t-il précisé.

Le partenariat noué en 2009 entre Renault et le Commissariat à l'énergie (CEA) ne sera ainsi pas reconduit l'an prochain dans les batteries, a ajouté Rémi Bastien. En revanche, l'association est renouvelée pour cinq ans dans les capteurs et les logiciels.

Malgré les encouragements du gouvernement français, Renault a renoncé il y a quelques années à construire sa propre usine de batteries à Flins (Yvelines), préférant se fournir en externe auprès de spécialistes de cette technologie qui mêle électronique et chimie avancées.

Depuis, les batteries restent un sujet délicat au sein de l'alliance Renault-Nissan, le constructeur français se fournissant auprès de la JV entre son partenaire japonais et NEC pour son utilitaire Kangoo, mais aussi auprès du grand concurrent coréen LG Chem pour sa berline Zoé.

Si Renault a renoncé à fabriquer ses batteries lithium-ion, il a en revanche rapatrié en interne la production de moteurs électriques, dont un exemplaire était présenté au Technocentre.

Le nouveau moteur, fabriqué à Cléon (Seine-Maritime), affiche un rendement amélioré et un encombrement réduit de 10%. Il équipera Zoé au printemps prochain, puis le Kangoo. Jusqu'ici, Renault achetait ses moteurs à l'allemand Continental.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • franc33 le vendredi 12 déc 2014 à 09:19

    le future arriveRNO