Recul du bénéfice de Morgan Stanley au 2e trimestre

le
0
LE BÉNÉFICE DE MORGAN STANLEY SUPÉRIEUR AU CONSENSUS
LE BÉNÉFICE DE MORGAN STANLEY SUPÉRIEUR AU CONSENSUS

(Reuters) - Morgan Stanley a annoncé mercredi un bénéfice en baisse au deuxième trimestre mais supérieur au consensus, résultant en particulier d'une baisse des dépenses.

Le bénéfice net part du groupe a été de 1,43 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros), soit 75 cents par action, sur le trimestre clos le 30 juin, à comparer au consensus Thomson Reuters I/B/E/S qui donnait 59 cents par action.

Un an auparavant, le bénéfice net ajusté était de 1,69 milliard de dollars, soit 79 cents par action.

Les comptes du trimestre passé incorporent une nouvelle règle qui permet à la banque d'investissement de ne plus transcrire dans ses résultats les variations de valeur de sa dette.

La banque, qui procède à un programme de réduction des coûts d'un milliard de dollars, a précisé que les dépenses non financières avaient baissé de 8,4% à 6,43 milliards de dollars. Les charges de rémunérations ont diminué de 8,9% à 4,02 milliards de dollars.

Le rendement des fonds propres, un point faible de Morgan Stanley ces derniers trimestres, a été de 8,3%, bien inférieur à l'objectif du directeur général James Gorman qui est de 9% à 11% d'ici la fin de 2017.

L'action Morgan Stanley gagne 3,5% à 29,18 dollars en avant-Bourse. Elle était en baisse de 11,4% depuis le début de l'année jusqu'à la clôture de mardi.

Comme ses concurrentes, Morgan Stanley n'a guère d'autre choix que de réduire ses dépenses car les investisseurs et les entreprises s'abstiennent de toute transaction, que ce soit une fusion, une émission d'actions ou le lancement d'un emprunt.

Sous la houlette de James Gorman, la banque prend ses distances vis-à-vis de segments d'activité instables comme le trading obligataire pour se recentrer par exemple sur la gestion de fortune.

La banque réorganise son pôle obligataire depuis le début de l'année, est sortie du négoce pétrolier et a réduit ses effectifs d'un quart environ.

Le revenu de trading et de négoce ajusté a diminué de 2% environ à 3,26 milliards de dollars. Le revenu obligataire et matières premières a baissé de 2,4% à 1,30 milliard de dollars et le revenu de trading actions a fléchi de 5,5% à 2,15 milliards de dollars.

"Nos résultats du trimestre reflètent une solide performance dans un environnement qui va un peu mieux mais reste fragile", a dit James Gorman dans un communiqué.

Ce dernier avait dit en juin qu'il visait un revenu de l'ordre du milliard de dollars pour la division FICC (obligataire, matières premières, changes).

(Sudarshan Varadhan, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant