Rebond dans le BTP, mais les effets sur l'emploi se font désirer

le
3
LE REBOND DANS LE SECTEUR DU BTP SE CONFIRME
LE REBOND DANS LE SECTEUR DU BTP SE CONFIRME

PARIS (Reuters) - Le rebond attendu dans le secteur du bâtiment en France en 2016 s'est confirmé sur les trois premiers mois de l'année, mais ses véritables effets sur l'emploi ne devraient pas se faire sentir avant 2017, a annoncé mercredi la Fédération française du bâtiment (FFB).

"Après huit années de crise quasi-continue, l'amorce d'une reprise d'activité dans le bâtiment, que pronostiquait la FFB en décembre, semble se confirmer, même si elle ne bénéficie ni à l'ensemble des territoires, ni à tous les segments de marché", a déclaré la Fédération dans un communiqué.

Seule la construction neuve tire son épingle du jeu - notamment le logement neuf avec le niveau élevé de la commande locative sociale et les effets de l'élargissement du prêt à taux zéro et des taux d'intérêt bas - rejoint par le non résidentiel neuf qui connaît une amélioration plus rapide que prévu.

Les permis de construire progressent surtout en Ile-de-France et en région PACA et Aquitaine.

La FFB, qui plaide pour un maintien des incitations fiscales en place, table toujours sur une hausse de 0,9% de l'activité globale en volume en 2016, après un recul de 3% en 2015 et de 4,8% en 2014.

Elle a en revanche relevé son estimation de l'effet positif de cette reprise d'activité sur la croissance économique française, qui devrait permettre selon elle d'ajouter 0,2 point de PIB supplémentaire cette année - et non plus 0,1 point seulement comme prévu en décembre.

La FFB explique que les signes de redémarrage dans l'ancien devraient compenser les incertitudes apparues dans le comportement des ménages, et soutenir au passage une l'activité entretien-rénovation toujours en crise.

La fédération, qui représente les deux tiers des 1,1 million de salariés du bâtiment, a estimé par contre que le bilan 2015 en termes d'emploi avait été plus mauvais que prévu, avec la perte de 36.100 postes de travail contre -30.000 attendus en décembre.

"On note toutefois un redressement rapide et durable de l'intérim, qui laisse espérer une amélioration de la situation", précise la FFB. "(Mais) néanmoins pas avant 2017 compte tenu du sur-dimensionnement de l'appareil de production."

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rmiossec le mercredi 30 mar 2016 à 10:18

    il ne faut pas croire que cela va remonter à toute "Alur"....car après avoir cassé la mécanique, ce n'est pas ce "flot" de nouvelles timides pour l'instant qui va redonner du pouvoir d'achat aux ménages !!!

  • remimar3 le mercredi 30 mar 2016 à 10:16

    ça aura peut être un effet sur l'emploi... des travailleurs européens détachés. A force de faire du dumping sur les salaires des pays en facilitant l'utilisation de travailleurs détachés, l'UE appauvrit les travailleurs autochtones qui ensuite ne consomment plus assez. Alors cette fameuse déflation qui fait peur aux banquiers centraux c'est l'UE et sa concurrence effrénée qui l'ont créée.

  • finkbro1 le mercredi 30 mar 2016 à 10:15

    merci les travailleurs détachés, merci l europe, faut pas chercher plus loin