Prix Nobel : ce qu'enseigne Jean Tirole sur la réforme de l'assurance chômage

le
3
Jean Tirole avait reçu la plus haute distinction en France pour des travaux scientifiques, la médaille d'or du CNRS en 2007, pour avoir façonné les bases d'une nouvelle économie industrielle.
Jean Tirole avait reçu la plus haute distinction en France pour des travaux scientifiques, la médaille d'or du CNRS en 2007, pour avoir façonné les bases d'une nouvelle économie industrielle.

Les déclinistes en seront pour leurs frais. Après le prix Nobel de littérature, la France vient de décrocher le prix Nobel d'économie avec Jean Tirole. Comme un symbole, cet économiste français nobélisable depuis des années a quitté le prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), aux États-Unis, pour revenir en France, où il a contribué depuis 1982 à faire de l'école d'économie de Toulouse l'une des plus réputées du monde.

Né en 1953 à Troyes, Jean Tirole est devenu un grand spécialiste de la "théorie des jeux" et de la "théorie de l'information". La première représente et prédit les stratégies de différents acteurs économiques en situation d'interdépendance, en fonction de leurs objectifs respectifs. La seconde rend compte de la façon dont ces acteurs utilisent l'information qu'ils ont à leur disposition pour bâtir leurs stratégies. Deux piliers de la microéconomie moderne que le Français a su appliquer concrètement à des domaines aussi variés que la régulation des industries de réseau (électricité, transports...), le financement des entreprises, la finance internationale et... le marché du travail, en particulier l'assurance chômage.

"Une protection de l'emploi plus efficace"

Menée en collaboration avec le Français Olivier Blanchard, aujourd'hui économiste en chef du FMI, cette dernière recherche préconise la mise en place d'une "taxe de licenciement", en échange de la réduction des cotisations chômage...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 13 oct 2014 à 16:37

    la mise en place d'une "taxe de licenciement", en échange de la réduction des cotisations chômage...Tout est dit, que faites vous avec votre femme de ménage ou votre gardienne de gamins, vous lui dites : c'est fini, ....Mais pour une entreprise, c'est différent....et voilà l'origine du chômage en France. Plus personne de veut embaucher.

  • berneli1 le lundi 13 oct 2014 à 16:05

    Au lieu d'avoir une économie de création de richesse et d'emploi, on a une économie de traitement du chômage. Tout est dit.

  • berneli1 le lundi 13 oct 2014 à 15:50

    1982, si je sais bien compter, bien que n'étant pas prix Nobel, cela fait 32 ans que cette école de Toulouse est l'une des plus réputée du monde. Où sont passés ses brillants élèves? Ils ne doivent pas être si brillants pour ne pas avoir réussi à sortir la France du marasme économique dans lequel l'ont plongé nos "brillants politiques". Ce prix Nobel est une nouvelle pantalonnade.