Perte trimestrielle pour Bombardier, Delta commande 75 CSeries

le , mis à jour à 13:35
0
BOMBARDIER PUBLIE UNE PERTE AU 1ER TRIMESTRE
BOMBARDIER PUBLIE UNE PERTE AU 1ER TRIMESTRE

(Reuters) - Le groupe canadien Bombardier a annoncé jeudi que la compagnie aérienne américaine Delta Air Lines avait signé une commande ferme de 75 exemplaires de son avion de transport régional CSeries CS100, un contrat bienvenu pour un programme qui a subi des années de retard et des milliards de dollars de surcoûts.

La commande, assortie de 50 options, représente environ 5,6 milliards de dollars (4,9 milliards d'euros) au prix catalogue, a précisé Bombardier.

Il s'agit de la plus importante jamais enregistrée par la division d'avions commerciaux du groupe canadien. Les premières livraisons sont prévues au printemps 2018.

Le programme CSeries a failli conduire Bombardier au dépôt de bilan l'an dernier mais le groupe a reçu depuis des injections de liquidités qui lui permis de retrouver une relative stabilité financière.

La commande de Delta, qui s'ajoute à la promesse d'Air Canada d'acheter 45 CSeries, pourrait conforter le regain de confiance dans les perspectives de Bombardier et sa viabilité financière.

Le programme CSeries ne devrait toutefois pas être bénéficiaire avant 2020.

Delta a précisé que la commande de CSeries impliquait qu'elle renonçait à intégrer dans sa flotte des E190 d'Embraer, contrairement à ce qu'elle avait annoncé en décembre.

Boeing, qui avait décroché cette année une commande de 65 appareils d'United Continental Holdings au détriment de Bombardier, envisage de développer une version révisée de son 737 pour résister à la concurrence d'Airbus et de l'avionneur canadien.

Swiss International Airlines, filiale de Deutsche Lufthansa doit prendre livraison de son premier CS100 en juin avec une première liaison ente Zurich et Paris prévue le 15 juillet.

Bombardier a simultanément fait état d'une perte de sept cents par action au premier trimestre, à comparer à un bénéfice par action de cinq cents un an plus tôt. Hors exceptionnels, la perte est ramenée à trois cents par titre contre un cent attendu par le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

(Euan Rocha et Sweta Singh; Marc Angrand et Marc Joanny pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant