Ouverture d'une enquête sur la campagne anti-migrants à Béziers

le
2
    TOULOUSE, 13 octobre (Reuters) - Le parquet de Béziers a 
annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête  à la suite de la 
campagne d'affichage stigmatisant les migrants menée par la 
mairie de Béziers, proche du Front national. 
    La municipalité dirigée par Robert Ménard, élu avec le 
soutien de FN, est à l'origine d'une campagne intitulée "L'Etat 
nous les impose, ça y est ils arrivent. Les migrants dans notre 
centre-ville". 
    Le parquet de Béziers a été saisi par la délégation 
interministérielle à la lutte contre le racisme et 
l'antisémitisme, pour "ces faits  susceptibles d'être 
constitutifs de l'infraction de provocation à la discrimination 
ou à la haine raciale".  
    Le SRPJ de Montpellier est en charge de l'enquête qui devra 
"déterminer si ces faits sont  pénalement caractérisés", a 
indiqué Yvon Calvet, procureur de la République de Béziers.  
    Robert Ménard veut par ailleurs organiser une consultation 
populaire au cours de laquelle les Biterrois pourront se 
prononcer sur le projet d'extension d'un centre d'accueil pour 
les demandeurs d'asile, géré par la Cimade. 
    Cette "consultation pour avis des électeurs" prévue en 
janvier 2017, sera soumise au vote du conseil municipale le 18 
octobre. 
 
 (Johanne Decorse, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 il y a 8 mois

    Le Tribunal a-t-il le droit unique de se prononcer quand cela concerne le citoyen ...

  • 445566ZM il y a 8 mois

    Le peuple, peut-il se prononcer librement sur cette question ? Je parie que le résultat serait inférieur au 98 % obtenus en Hongrie.