Or, métaux, pétrole : faut-il déjà jouer le retour en grâce ?

le
0
DR
DR
Le retour en grâce des grandes valeurs pétrolières préfigure-t-il un redémarrage général du secteur des matières premiè­res?? Après avoir longtemps sommeillé, l'action Total (suivre le cours) a rebondi de 34% en un an. Mais le titre du premier producteur mondial de fer, l'anglo-australien BHP Billiton (suivre le cours), lui, n'a pas vraiment redécollé (+7%). Cer­tes, l'action Eramet (suivre le cours) a regagné 14% en un an, à la faveur d'une suspension des exportations de nickel de l'Indonésie, un métal industriel que le français extrait de Nouvelle-Calédonie. Mais ce titre accuse encore un effondrement de 64% en trois ans. Par comparaison, l'indice CAC 40 a progressé de 27% ces douze derniers mois et l'indice américain S&P500 de 16%. Le ralentissement de la croissance de l'économie chinoise se reflète dans l'évolution des prix des métaux de base, dont ce pays est le plus grand consommateur au monde : aluminium (-10%), cuivre (-12%), plomb (-2,8%) et zinc (+0,4%). Les métaux précieux, or en tête, continuent leur traversée du désert, l'once perdant 16% depuis un an. Dans la famille des matières premières, et hormis les platinoïdes comme le palladium, il n'est donc que l'énergie pour mieux résister au coup de froid général. Le prix du baril de pétrole a gagné environ 12% et le gaz naturel s'est maintenu (+0,8%), selon les moyennes établies par Goldman Sachs.  (lerevenu.com) - Recherche de diversification La désaffection

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant