Nette rechute des marchés, affectés par plusieurs mauvaises nouvelles

le , mis à jour à 17:38
14

Les marchés européens ont terminé dans le rouge vif mardi 22 septembre.
Les marchés européens ont terminé dans le rouge vif mardi 22 septembre.

Les marchés européens ont décroché mardi, notamment affectés par une recrudescence de la défiance sur le secteur automobile due à Volkswagen. D'autres mauvaises nouvelles ont affecté les valeurs pharmaceutiques ainsi que l’industrie lourde.

La nervosité ne quitte plus les marchés depuis trois mois. Les grandes places européennes ont passé presque toute la séance de mardi dans le rouge vif, le CAC40 clôturant en baisse de 3,42% à 4.428 points. Outre-Rhin, le Dax allemand a perdu 3,80%, et la plupart des autres indices européens ont terminé sur des contractions aux proportions semblables.

Automobile : l’effet Volkswagen

La baisse du jour était particulièrement tirée par les valeurs du secteur automobile. En France, Peugeot et Renault sont restées pendant toute la séance aux dernières places du CAC40, terminant respectivement en baisse de 8,76% et 7,12%. Peugeot a perdu jusqu'à 10% de sa valeur vers midi.

Le secteur automobile a subi une vague de défiance des investisseurs alors que l’allemand Volkswagen a reconnu lundi avoir manipulé des tests d’émission de particules polluantes sur des véhicules diesel aux Etats-Unis. L’action du groupe, ayant chuté de 17% lundi, a poursuivi sa chute mardi en perdant de nouveau 16% de sa valeur. La crainte d'une amende à venir de plusieurs milliards de dollars, qui pourrait être décidée par la Justice américaine, a beaucoup agité les investisseurs.

« Le secteur automobile est massacré », a déclaré à Boursorama Xavier de Villepion, gérant chez HPC. La fraude de Volkswagen représente, dans le secteur automobile, « un scandale énorme ».

Cette mauvaise nouvelle n’a fait qu’accélérer les doutes sur le secteur automobile, déjà fragilisé cet été par le ralentissement de la production industrielle chinoise. Plusieurs constructeurs automobiles, dont Volkswagen, avaient en effet publié des chiffres médiocres de ventes en Chine à partir du mois de juillet. Ces doutes avaient plus généralement entraîné les valeurs industrielles (« cycliques ») dans une phase de baisse marquée, notamment en août.

Les investisseurs ont ainsi corrigé l’enthousiasme sans doute excessif dont avait fait preuve le secteur automobile en début d’année. Le lancement du « quantitative easing » en Europe (plan de relance monétaire de la BCE) laissait espérer une accélération des exportations européennes, notamment pour les industriels qui gagneraient en compétitivité face à leurs homologues américains ou asiatiques. Beaucoup de valeurs automobiles avaient alors vu leur valorisation grimper en bourse, l’ensemble du secteur gagnant plus de 50% en bourse entre janvier et mai 2015 d’après l’indice français du secteur automobiles/équipementiers. La hausse de cet indice n’est désormais plus que de 9% depuis le début de l’année.

L’industrie et les valeurs pharmaceutiques également pénalisées

La baisse du jour n’était pas seulement due aux valeurs de l’automobile. L’industrie dans son ensemble était pénalisée par un avertissement lancé par le géant de l’acier Outokumpu, expliquait Xavier de Villepion, qui relevait que l’action du groupe perdait plus de 15% ce mardi, entraînant dans son sillon Arcelor Mittal (-5,7%).

À ceci s’ajoute une légère rechute du pétrole, entraînée par ce regain de pessimisme sur l’automobile et l’industrie.

Les valeurs pharmaceutiques, parmi lesquelles se trouve Sanofi (-4,41%), souffraient quant à elles d’« une déclaration d’Hillary Clinton qui veut surveiller ces valeurs », accusées de réaliser des bénéfices excessifs, précisait Xavier de Villepion.

« L’ensemble de ces éléments sape la confiance », a-t-il résumé.

Les investisseurs pouvaient enfin se montrer prudents dans l’attente d’un nouvel indicateur d’activité industrielle en Chine (PMI manufacturier) qui sera publié dans la nuit de mardi à mercredi, et qui pourrait remettre le feu aux poudres si les prévisions déjà médiocres dans ce domaine ressortaient à un niveau plus mauvais que prévu. À l’inverse, un PMI meilleur qu’attendu pourrait sonner le retour de la confiance, et donc un rebond technique. Quoi qu’il en soit, la volatilité des marchés devrait rester forte aujourd’hui et demain.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5626052 le mardi 22 sept 2015 à 18:27

    Le patron de WV va sans doute toucher une belle prime de départ pour le récompenser soit d'avoir été un incapable, soit d'avoir organisé le mensonge et l'atteinte à la santé publique . Quel modèle de réussite !!!

  • M7403983 le mardi 22 sept 2015 à 18:17

    Innocents ? je n'en sais rien. Ensuite, il y a l'effet d'annonce. C'est comme le discours du Bourget de Hollande suivi par son élection avec une cote de popularité de 55% en mai 2012 puis réduite à la portion congrue de 22 % en 2015 ! Pourquoi ??? Toute vérité n'est pas forcément bonne à dire .....

  • Pierusan le mardi 22 sept 2015 à 18:08

    Pourquoi Peugeot et renault baissent-ils dans une telle proportion puisqu'ils sont "innocents" ?

  • M7403983 le mardi 22 sept 2015 à 18:05

    Oui, ne pas investir actuellement, car nos politicards, s'ils sont à coté de leurs pompes ont même des trous dans leurs chaussettes ... Comment voulez vous mettre de l'argent dans un bas de laine avec des ministres ayant des trous dans leurs chaussettes ????

  • s.thual le mardi 22 sept 2015 à 18:05

    l amende pour pollution devrait etre du ressort des constructeurs,,nous on y peut rien ! si hollande veut faire un peu de fric ,,il fait controler les wv sur les routes et les verbalises se retournent sur le tricheur wv qui devra payer les amendes et les frais de justice !

  • dioptaze le mardi 22 sept 2015 à 17:41

    Je sais la illule est dure à avaler mais prenez du coin www.cryptos-revolution.com

  • pde-ramb le mardi 22 sept 2015 à 15:40

    La Chine avec 10% de croissance tirait l'économie mondiale. Elle est aujourd'hui à 0 et sans doute beaucoup de corrections à venir des spéculations effrénées de ses habitants (cf immobilier, bourse, corruption ....). Alors, pas de doute que l'économie mondiale va s'en ressentir. Cela sera reflété dans les résultats des entreprises de la fin de l'année.

  • van-cail le mardi 22 sept 2015 à 15:32

    Sans compter les compteurs kilométriques très optimistes de 5 à 10 % sur les Golf, j'en ai fait l'expériance. Chez Peugeot ils sont beaucoup plus fiables.

  • M4358281 le mardi 22 sept 2015 à 15:05

    C'est le moment de racheter

  • M5299935 le mardi 22 sept 2015 à 14:39

    Ce qui est important chez un constructeur : c'est sa fiabilité mécanique en général .... Les problèmes de pollution n'empêche pas un véhicule de rouler.